Virus de l'herpès de type 6 (HHV-6)

Le type de virus herpès 6, en science, également appelé HHV-6, est une infection qui n’est pas moins répandue dans le monde que les virus de l’herpès des types 1 et 2 qui sont communs à beaucoup. Le virus HHV-6 a infecté des personnes dans tous les pays du monde et les scientifiques n’ont pas encore trouvé de population humaine dans laquelle au moins une personne infectée n’était pas présente.

La raison de cette prévalence de l'infection réside dans sa nature spécifique.

Principales caractéristiques du virus

Le virus HHV-6 est l’un des neuf virus de l’herpès, pour lequel une personne est soit le vecteur unique, soit le vecteur principal. En termes simples, pour ces neuf types de virus, les dommages causés aux animaux sont anormaux.

En outre, comme la plupart des autres virus de l'herpès, l'herpès de type 6 vit chez la plupart de ses propriétaires sans le savoir: dès qu'il se manifeste, il entraîne le système immunitaire à développer une telle protection, ce qui réprimera davantage le développement de l'infection tout au long de la vie. De plus, l’immunité d’une personne réagit plus fortement au virus de l’herpès simplex 6 qu’au virus de type 1, qui provoque généralement le «rhume» bien connu sur les lèvres. Pour cette raison, même après avoir souffert de maladies, de stress et d’un déclin saisonnier de l’immunité, la récurrence de l’herpès de type 6 est presque toujours asymptomatique.

En conséquence, la plupart des porteurs du HHV-6 ne sont même pas au courant de sa présence dans le corps. Comme les autres virus de l’herpès humain, il est indestructible: aujourd’hui, la médecine n’a aucun médicament qui puisse complètement détruire ce virus dans le corps.

Et peut-être que l'essentiel est que le virus de l'herpès du sixième type se manifeste le plus souvent et clairement chez les enfants. Aujourd'hui, les scientifiques pensent que cette infection est le plus souvent transmise par la salive et que, par conséquent, les jeunes enfants s'y accrochent dès les premiers jours de contact avec la mère ou d'autres personnes porteuses du virus.

Cependant, au cours des premiers mois de la vie, l’infection de l’enfant n’entraîne aucune conséquence: l’immunité innée transmise par la mère supprime avec confiance les particules virales. Ce n'est que si le corps de la mère n'est pas au courant de cette infection et si l'enfant est infecté par une autre personne que les symptômes typiques de la maladie peuvent apparaître chez le nourrisson au cours des premiers mois de sa vie. Habituellement, les enfants sont malades, âgés de 4 à 13 mois.

Le virus de l'herpès de type 6 peut masquer ses manifestations sous les symptômes d'autres maladies. Souvent, dans la pratique médicale, il existe une erreur dans laquelle la présence de l'agent pathogène dans le corps est déterminée par la présence d'immunoglobulines dans le sang, qui sont courantes ou très similaires à celles du virus de l'herpès de type 7. En raison d'une telle réaction croisée et pour d'autres raisons, des diagnostics incorrects sont souvent établis et les statistiques réelles de la maladie de l'herpès de type 6 sont très imprécises.

Façons de transférer

Dans la très grande majorité des cas, le virus HHV-6 se transmet par la salive, chez 90% des adultes. Beaucoup moins souvent, les amygdales palatines constituent un réservoir d'infection. Dans tous les cas, la possibilité de transmission du virus de la mère à l'enfant pendant l'allaitement est pratiquement éliminée.

Dans certains cas, les médecins enregistrent la transmission de l'agent pathogène de la mère à l'enfant directement pendant le travail. À la suite des recherches, il est apparu que le virus de l'herpès est présent dans la sécrétion vaginale chez 2% des femmes enceintes et dans 1% dans le sang du cordon ombilical. Il n’est pas surprenant qu’au cours de l’accouchement, une infection puisse facilement pénétrer dans le corps de l’enfant par le biais de micro-blessures et de rayures.

Le plus souvent, l'herpès de type 6 concerne les enfants âgés de 7 à 12 mois et, en général, 90% des infections primaires se produisent chez des enfants de moins de 2 ans. Chez les nourrissons de moins de 4 mois, la valeur du titre en anticorps IgG obtenus de la mère et assurant l'immunité contre l'herpès est encore très élevée. Avec une diminution du niveau d'IgG à un âge plus avancé, le risque de maladie augmente considérablement.

Histoire de la découverte

Le virus de l'herpès de type 6 a été découvert et suffisamment étudié en 1986 par les biochimistes américains Daram Ablashi et Robert Halo. Ils étaient engagés dans la recherche de cellules sanguines cultivées de patients atteints du SIDA et de diverses maladies lymphoprolifératives. Dans les cellules de l'une des cultures, ils ont découvert les corps intraplasmiques, qui portaient initialement le nom de virus B-lymphotrophe.

Peu de temps après une enquête plus approfondie menée par le Dr Alabashi, il s’est avéré que le virus appartenait aux virus de l’herpès. Il reçut le nom HHV-6 et, dès 1988, une connexion fut établie entre lui et l'exanthema soudain (un autre nom est roseola). Le virus lui-même est l'agent étiologique de cette maladie, alors que, selon des scientifiques, le roséola était causé par un entérovirus jusque-là inconnu. Après des recherches approfondies, le HHV-6 a été divisé en deux sous-types qu’il a été décidé en 2012 de classer comme espèces distinctes. Parmi ceux-ci, le HHV-6A provoque divers troubles du système nerveux chez l'adulte et le HHV-6B conduit à l'apparition de rose-oléola pédiatrique.

Les symptômes les plus évidents de la maladie chez les enfants infectés par le virus HHV-6B. Ils sont le plus souvent destinés à décrire l'herpès de type 6.

Symptômes de la maladie causée par le virus de l'herpès de type 6

Le principal symptôme de la maladie causée par le virus de l'herpès simplex du sixième type est une petite et grande éruption sur la peau d'un enfant, souvent appelée rose roséole pédiatrique, sixième maladie ou pseudorass. Les petites éruptions cutanées, légèrement surélevées au dessus de la peau et ne causant généralement pas de démangeaisons, se propagent dans tout le corps de l'enfant.

Toujours quelques jours avant l'apparition d'une éruption cutanée chez un enfant, il se produit une augmentation de la température, caractéristique de la fièvre. Cependant, même à cette température corporelle, l'enfant reste actif. La chaleur dure de 4 à 5 jours, après quoi elle tombe brusquement et l'enfant gicle.

Il arrive que la maladie évolue sans éruption cutanée et que cette exacerbation se confonde facilement avec une infection à entérovirus ou à la rougeole. Selon les recherches, dans 20% des cas de diagnostic "fièvre", l'herpès est la cause réelle. La liste des candidats sous lesquels la maladie peut être masquée est longue: rougeole, rubéole, méningite, otite, sepsie, éruption de médicament, pneumonie bactérienne, érythème infectieux.

À propos, il est également utile de lire:

Si l’éruption cutanée de l’enfant apparaît, elle ne dure pas longtemps sur la peau: dans certains cas, elle disparaît en quelques heures et peut parfois persister plusieurs jours. En parallèle, l'appétit de l'enfant disparaît, il devient sédentaire et irritable, parfois il présente une augmentation des ganglions lymphatiques.

Les manifestations plus graves d'infection primaire par l'herpès de type 6 sont:

  • méningo-encéphalite;
  • myocardite;
  • hépatite fulminante;
  • purpura thrombocytopénique;
  • syndrome de mononucléose;
  • pneumonie diverses.

Il est important de se rappeler que la maladie se manifeste souvent comme un satellite d'autres maladies et que nombre de ses manifestations pourraient bien être associées aux symptômes de tels précurseurs étiologiques.

Parfois, sur le fond de l'herpès, l'éosinophilie et le syndrome d'hypersensibilité à divers médicaments peuvent se développer.

Après avoir souffert d'une maladie causée par le virus HHV-6 pendant l'enfance, le corps acquiert une immunité à vie et l'infection ne se manifeste pas chez l'adulte. Malgré le fait que le virus est assez souvent activé dans le corps, lorsqu’on utilise un test sanguin pour déterminer sa présence, les personnes ayant une immunité normale, de telles rechutes se produisent de manière asymptomatique.

Dans les rares cas où le virus pénètre pour la première fois dans l'organisme adulte, il provoque approximativement les mêmes symptômes que chez l'enfant: fièvre et éruption cutanée. Il est à noter que dans de nombreux cas, ces symptômes sont confondus avec les effets secondaires de la prise de divers antibiotiques.

Le pronostic pour une maladie causée par le virus de l'herpès de type 6 est toujours positif: aucun cas de décès n'a été enregistré. Cependant, la présence même d'une infection dans le corps et son activité invisible conduisent souvent au développement d'autres maladies plus dangereuses et parfois mortelles...

Complications possibles

Chez les enfants, des convulsions fébriles peuvent survenir pendant la phase de montée en température et, dans de très rares cas, une pneumonie, une méningite ou une encéphalite peuvent se développer. Une conséquence des convulsions à un âge très précoce peut être le développement de l'épilepsie.

Chez l'adulte, les complications de la récurrence de l'herpès de type 6 surviennent généralement lorsque l'immunité décroît après une maladie, lorsque les régimes manquent de vitamines, ou lorsqu'elle supprime délibérément l'immunité, requise par certains traitements du cancer et des maladies du sang. Et ces complications sont souvent extrêmement dangereuses.

La participation du virus de l'herpès HHV-6 au développement des maladies suivantes a été prouvée:

  • La sclérose en plaques est une maladie auto-immune du système nerveux, caractérisée par des troubles du système nerveux et l'apparition de divers symptômes de névrose. Cette maladie n'a aucun rapport avec la perte de mémoire sénile, bien que le désordre des fonctions mentales puisse en être une des conséquences;
  • Le lichen rose n’est pas la plus terrible des maladies, mais il provoque une gêne et des démangeaisons lorsque des taches apparaissent sur la peau. Pink versicolor n'est pas traité, mais passe par lui-même et les manifestations de ses symptômes peuvent être atténuées à l'aide de médicaments spéciaux;
  • Le syndrome de fatigue chronique est l'une des maladies les plus courantes associées au type 6 de l'herpès. Il se caractérise par des troubles du système nerveux central et périphérique, des troubles métaboliques et une sensation de fatigue constante. Le syndrome de fatigue chronique commence par un rhume ou une maladie infectieuse, conduit à une augmentation de la température pendant plusieurs jours, puis à un rétablissement apparent. Cependant, la faiblesse et le manque d’énergie du patient persistent même après la disparition des symptômes restants, ce qui peut entraîner des troubles mentaux et des problèmes sociaux. Bien que le rôle principal du virus HHV-6 dans le syndrome de fatigue chronique n’ait pas été prouvé, dans presque tous les cas de développement de cette maladie, des particules d’herpès viral récurrentes de type 6 se retrouvent dans le corps du patient;
  • La thyroïdite auto-immune est une inflammation chronique de la glande thyroïde. Un traitement insuffisamment intensif se transforme souvent en hypothyroïdie.
  • Névrite rétrobulbaire. Trois cas de développement de cette maladie en raison de la récurrence du virus de l'herpès de type 6 sont connus en médecine, et tous les trois se sont développés chez les nourrissons. Cette maladie est extrêmement dangereuse car elle entraîne rapidement une perte de vision.
  • Échec hépatique, parfois enregistré comme conséquence de la manifestation du HHV-6 chez les jeunes enfants;
  • Cancer Dans une certaine mesure, tous les virus de l’herpès ont tendance à conduire au développement de l’oncologie, et le HHV-6 ne fait pas exception. Le plus souvent, cela conduit au développement de sarcomes de Kaposi, de lymphomes, de leucémies, de cancers du col utérin et de tumeurs au cerveau. De toutes les conséquences, ce sont les plus dangereuses et se produisent souvent.

Aujourd'hui, les médecins et les chercheurs ne peuvent dire avec certitude si ces maladies sont causées par le virus réactivé de l'herpès type 6 ou apparaissent en parallèle en raison d'un système immunitaire affaibli. Cependant, les cas où certaines de ces maladies apparaissent après la récurrence de l'herpès sont plus fréquents que ceux où le virus persistait dans l'organisme sous une forme latente accompagnée d'une maladie en développement. Par conséquent, le plus souvent, c’est le virus de l’herpès qui cause le développement de ces maladies.

Moyens de diagnostiquer les maladies

Théoriquement, le diagnostic de roséole pédiatrique ne devrait poser aucune difficulté en raison du grand nombre de symptômes très caractéristiques. Toutefois, dans un grand nombre de cas, l’infection causée par le virus HHV-6B est confondue avec la rubéole et parfois avec d’autres maladies infantiles. Par conséquent, la confirmation du diagnostic est souvent nécessaire, en utilisant des méthodes sérologiques, une réaction en chaîne de la polymérase, des méthodes immunohistochimiques et virologiques.

Chez le nouveau-né, les immunoglobulines de classe G obtenues de la mère sont responsables de l'immunité contre les infections herpétiques: il est possible de détecter leur présence dans le sang dès 7 à 10 jours après la naissance et atteint son maximum au bout de 2 à 3 semaines. Pour confirmer avec précision la présence du virus de l'herpès de type 6 dans le corps, il est nécessaire d'effectuer un double test sanguin. Dans les cas où le titre en IgG est multiplié par 4 ou que le résultat passe de négatif à positif, on peut parler d'infection virale.

Par la suite, les immunoglobulines de la classe M. seront responsables de la réponse immunitaire: elles commencent à être produites dans l'organisme 3 à 4 jours après le début de la maladie et leur titre peut déjà être déterminé pour diagnostiquer la maladie. Mais il existe plusieurs difficultés: avec la rechute de la maladie, les immunoglobulines de classe M correspondantes n'apparaissent pas et, chez certains enfants, leur nombre lors de l'infection initiale est si faible qu'il est impossible de déterminer le titre par les méthodes conventionnelles.

Pour le diagnostic du virus de l'herpès simplex de type 6, une méthode de culture utilisant du sang périphérique ou des cellules mononucléées de la salive s'est bien recommandée. Le principal avantage de cette méthode est la capacité de détecter la maladie dans la phase fertile avant l'apparition d'une éruption rouge ou à tout moment de la vie du porteur du virus, même dans la phase latente. Cependant, cette méthode n'est parfois pas disponible et peut donner des résultats incorrects chez les personnes immunodéficientes.

En utilisant la réaction en chaîne de la polymérase, les spécialistes peuvent estimer les quantités de virus dans divers fluides corporels (le plus souvent dans le sang) et sont plus susceptibles de prédire la possibilité de sa récurrence dans le futur.

Il est intéressant de noter qu’aujourd’hui chez l’adulte, il est possible de déterminer le type A ou B de l’herpès HHV-6. Ceci est mis en œuvre en utilisant la méthode des anticorps monoclonaux et polyclonaux.

Méthodes de traitement

Toutes les méthodes de traitement des maladies causées par le virus de l'herpès de type 6 ne constituent qu'un combat contre ses manifestations (traitement dit symptomatique). La médecine n'a toujours aucun moyen de débarrasser complètement le corps de ce virus. Et la lutte contre la primo-infection peut être considérée comme dépourvue de sens - il est plus logique de donner à l'organisme la possibilité de développer une immunité pour la vie.

Lorsque les symptômes de la maladie apparaissent, un ensemble typique de médicaments pour lutter contre les virus de l’herpès est habituellement utilisé.

Si un petit enfant est malade, il faut d'abord le montrer à un médecin. Il est vrai que les médecins ne sont pas toujours en mesure de distinguer la roséole de la rubéole, mais le médecin leur prescrira un ensemble de médicaments en fonction des caractéristiques individuelles du bébé.

Le plus souvent, le complexe de médicaments comprend:

  • Le ganciclovir, le plus efficace contre le HHV-6B;
  • Le tsidofovir;
  • Foscarnet, qui se montre tout aussi bien contre les deux espèces HHV-6.

Dans le même temps, l'utilisation du ganciclovir et du foscarnet est autorisée pour les enfants à partir de 12 ans, mais en Occident, le ganciclovir est utilisé plus souvent en cas d'infections complexes.

L'acyclovir, qui est très courant aujourd'hui contre l'herpès de type 6, montre une efficacité très faible.

En parallèle, dans différents pays du monde, on étudie la possibilité d'utiliser des types de médicaments tels que le lobukavir, le tsidofovir et l'adéfovir pour le traitement de l'herpès simplex, mais leurs résultats ne donnent pas de résultats définitifs. De plus, aucune version expérimentale de vaccins contre le virus HHV-6 n'a été mise au point.

Les antipyrétiques à base de paracétamol et d’ibuprofène sont utilisés comme symptômes pour soulager les symptômes. Le plus souvent, on prescrit aux enfants Panadol et Nurofen. Lorsque la température de l'enfant augmente, il faut souvent boire abondamment de l'eau, des compotes et des tisanes.

Le gros plus de la roséole est l'absence de démangeaisons dans les endroits où il y a des rougeurs. L'enfant ne se soucie pas et gratte ces éruptions cutanées, et par conséquent, vous ne pouvez pas vous inquiéter du fait qu'il apportera une infection supplémentaire sous la peau.

Pendant toute la période de la maladie, des préparations vitaminées contenant les vitamines A, E et C devraient être administrées à l'enfant. Le médecin devrait en discuter avec les médicaments spécifiques à administrer dans chaque cas.

Chez l'adulte, les mêmes symptômes que chez l'enfant peuvent apparaître lors d'une transplantation d'organe, lorsque le système immunitaire est supprimé, de sorte qu'aucun nouveau tissu ne soit rejeté. Dans le même temps, il est assez difficile de traiter l’herpès à ce moment-là en raison de la nécessité de soutenir le faible statut immunitaire du patient.

Bien que plutôt désagréable, le fait évident est la faible attention des médecins spécialistes à l’étude des caractéristiques de l’évolution de l’herpès de type 6 chez des patients en Russie. Pendant tout le temps que la science connaissait cette infection dans notre pays, des études isolées ont été menées; l'examen des enfants à l'hôpital pour maladies infectieuses pour enfants de Saint-Pétersbourg d'avril à septembre 2007 a été assez important. Ensuite, un total de 52 patients présentant une rose prononcée ont été identifiés. Parmi ceux-ci, 31 avaient la présence d'un virus confirmé par des données de laboratoire provenant d'une analyse sérologique et 15 patients ne s'étaient pas présentés pour un don de sang afin de détecter des anticorps IgG.

En général, dans notre pays, il est normal de diagnostiquer la rubéole ou une éruption allergique en présence de roseola évident chez les enfants. Parallèlement, on prescrit non seulement des antibiotiques indésirables et plutôt dangereux aux patients, mais des complications après la roséole, telles que la méningite ou l'hépatite, surviennent également assez souvent. Dans de nombreux cas, cet état de fait est dû au fait que la description et les mesures de traitement du roséole ne sont pas décrites dans les directives professionnelles relatives aux maladies infectieuses.

Les médecins ont noté que la prise de médicaments à base d'interféron réduisait le risque de récurrence d'infection herpétique de type 6. Cependant, il ne vaut pas la peine de boire des médicaments contenant de l'interféron uniquement pour prévenir la réactivation du virus. Il est beaucoup plus raisonnable de procéder à une prévention complète de l’exacerbation de l’herpès.

Prévention de la récurrence de la maladie

Afin de réduire l’incidence des maladies récurrentes de l’herpès et le risque de complications, il est essentiel de maintenir un système immunitaire en bonne santé. Pour ce faire, vous devez effectuer un ensemble de mesures assez bien connu:

  • maintenir un niveau élevé d'activité physique et faire de l'exercice régulièrement;
  • assurer la présence dans le régime de fruits, de baies et de légumes frais, en augmentant cette quantité au cours de la saison des rhumes;
  • encore une fois, ne vous exposez pas au risque de contracter diverses maladies infectieuses;
  • reposez-vous bien et observez l'horaire de travail et veillez au sommeil optimal pour le corps;
  • être souvent en plein air, être tempéré.

Les préparations de vitamines ne sont pas moins bénéfiques pour le corps, surtout pendant la saison de manque de vitamines dans le régime alimentaire. Pour maintenir l’immunité, faites attention aux complexes de vitamines et minéraux.

Pour les jeunes enfants, il est particulièrement important de boire suffisamment de lait maternel. Et bien que les anticorps spécifiques contre les herpèsvirus ne pénètrent pas dans le lait, celui-ci contient toutes les autres substances immunocompétentes, ce qui aidera le bébé en cas de maladie à le transférer facilement.

Virus de l'herpès simplex igg type 6 positif

Anticorps de la classe IgG dirigés contre l’herpèsvirus humain de type 6 (IgG anti-HHV-6, IgG du virus de l’herpès humain de type 6)

Les anticorps sanguins de la classe IgG du virus de l'herpès simplex de type 6 (Human herpes virus 6, HHV 6) sont un indicateur de l'infection du type du virus de l'herpès 6. Les principales indications d'utilisation sont les suivantes: syndrome de fatigue chronique, diagnostic différentiel d'infections herpétiques, éruption cutanée soudaine (le plus souvent chez les enfants de moins de 3 ans): la température monte à 39 ° C et l'apparition d'une éruption rose pâle sur le dos.

L'infection par l'herpès de type 6 (HHV-6) est répandue parmi les personnes. Le virus est lymphotrophe, il est reproduit dans les lymphocytes T, B, affectant principalement les lymphocytes T. Le HHV-6 se trouve dans le nasopharynx et la salive chez les individus infectés. Un pourcentage élevé de séropositifs pour cette infection chez les personnes infectées par le VIH. Habituellement, la maladie est latente. Parfois, avec des manifestations cliniques sous la forme d'un exanthème soudain, un syndrome similaire à la mononucléose, une fièvre aiguë. Ce virus est associé au développement du syndrome de fatigue chronique, qui se manifeste par l’apparition d’une maladie respiratoire, avec symptômes catarrhaux, fièvre, mal de gorge, myalgies migratrices, augmentation des ganglions lymphatiques cervicaux, occipitaux et axillaires, douleurs articulaires, troubles du sommeil, faiblesse musculaire, fatigue, irritabilité. Les critères de diagnostic (obligatoires) de ce syndrome sont les suivants: fatigue chronique et diminution de plus de 50% des performances pendant environ 6 mois en l'absence d'autres maladies (cancer, foie, reins, cœur et autres) à l'origine de symptômes similaires. Les autres critères du symptôme (petits critères) incluent: troubles mentaux, signes cliniques d'infection chronique, manifestations allergiques et autres.

Le virus est typé pour deux sous-types (6A et 6B). Dans la méthode proposée, le résultat total est donné i. sans taper. Le sous-type B est plus commun, le sous-type A est plus commun chez les patients immunodéprimés. Le type B peut être la cause de la roseola / exanthème infantile soudaine, accompagnée de fièvre et d'une éruption cutanée pendant 3 à 4 jours. Une fois dans le corps, le virus persiste toute la vie dans les monocytes et les glandes salivaires. Parfois, l'infection est asymptomatique ou fébrile. La primo-infection chez les enfants survient entre 4 mois et 2 ans. Selon un certain nombre de données, il semblerait qu’à l’âge de 3 ans, la plupart des enfants aient été confrontés à ce virus. Dans certains cas, des complications du système nerveux central peuvent survenir - convulsions dues à une forte fièvre. Plus rarement - méningite séreuse, encéphalite, méningo-encéphalite.

Dans 80% des cas, les cellules transformées isolées à partir de lymphomes à cellules B contiennent des fragments d'ADN similaires au génome du virus, ce qui suggère qu'il a un rôle étiologique dans cette maladie.

Chez l'adulte, la fréquence de détection des anticorps dirigés contre ce virus peut atteindre 80%.

Préparation au diagnostic

Une formation spéciale n'est pas nécessaire.

  • Après la ponction veineuse, du sang est prélevé dans une éprouvette pour obtenir du sérum.
  • Placez la ponction veineuse avec une boule de coton jusqu'à ce que le saignement cesse.
  • Lorsqu'un hématome se forme sur le site de ponction veineuse, des compresses chauffantes sont prescrites.

Maria Yurievna, je vous ai bien compris. À votre avis, l’enfant n’a pas le virus de l’herpès de type 6, mais il a maintenant des anticorps contre ce virus.
J'ai une autre question, un test sanguin général (dans le premier rapport), qu'est-ce que cela signifie? Peut-être que nous venons de souffrir d'herpès et que les tests ne se sont pas stabilisés? Nous prenons à présent l'acyclovir tab.14 jours + onglet cycloferon. Selon le schéma + onguent cycloferon pour les rougeurs. Notre médecin insiste sur ce traitement, j'ai peur de ne pas donner ces pilules. Si ce n'est pas l'herpès, alors quoi, comment le comprendre, pourquoi un tel test sanguin? Ces rougeurs sont encore troublantes - on nous a administré de la steptodermie (j'ai écrit ci-dessus), nous avons prescrit une pommade streptocide, au début cela nous a aidés, mais bientôt, ces rougeurs ont réapparu et ressemblent à du lichen rose, mais personne ne nous a pris pour un diagnostic (négatif). depuis décembre, nous avons rougeoyé ces rougeurs au triderm, nous avons très bien aidé, tout a disparu, puis est réapparu, nommé radevit, a de nouveau passé, puis est réapparu, puis pommade streptocidaire, exactement la même situation, quelle analyse attribuer Pour enfin établir exactement ce que c'est et comment le traiter.
Comment savoir ce que l’enfant est malade, parce que si la numération globulaire est si mauvaise, alors c’est quelque chose de malade.
Notre médecin a déclaré qu'un tel test sanguin signifiait, à son avis, que l'enfant avait récemment contracté une forte infection. Ensuite, il a été soumis à un test de détection des anticorps. Le médecin a déclaré que l'herpès devait être traité et que la peau de la peau devait être fixée à une infection bactérienne cutanée et au cycloferon prescrit.
Dis moi si les drogues prises vont nuire à la santé de l'enfant dans le cas où ils n'ont pas besoin d'être pris. Peut-être laisser seulement l'onglet. Et onguent cycloferon et à la fin du traitement pour passer un test sanguin général?
VEUILLEZ VOUS AIDER, TRÈS FAUX.

Dernière édition par ArLana le 23 avril à 12h27.

Merci: 19

Remercié 7 234 fois pour 7 158 messages

Entrées de blog: 1

Selon votre description, cela ressemble à de la dermatite atopique, pour la clarification mettre une photo. Lisez la FAQ sur la dermatite atopique.
L'acyclovir est inutile, l'efficacité du cycloferon n'a pas été prouvée, la pommade au cycloferon ne guérit rien.

__________________
Cordialement, Volgina Lyubov Sergeevna.

Un enfant a la dermatite atopique: http: //forums.rusmedserv.com/showthread.php? T = 63936, je ne sais pas pourquoi on vous a prescrit un traitement antiviral.
Les antihistaminiques actuellement présentés (en cas de démangeaisons), les pommades aux stéroïdes (elokom / momat / advantan) avec une transition progressive vers les hydratants, vous pouvez émolier.
En lin-coton, ne pas se laver à l'eau chaude, au savon, remplacer par des émulsions spéciales de la série emolium.
Humidifier l'air.
Vous devez consulter un dermatologue adéquat, car les aggravations sont possibles.


Commentaires sur le post:

__________________
Cordialement, Volgina Lyubov Sergeevna.

Lyubov Sergeyevna, on nous a prescrit un traitement antiviral parce qu'il y avait un mauvais test sanguin, j'ai écrit à ce sujet dans le premier message.
La dermatite atopique est-elle une allergie? Ensuite, vous devez être testé pour les allergènes? En plus du dermatologue doit être observé et l'allergologue-immunologiste?
Étant donné que pendant six mois, nous avons plusieurs dermatologues différents qui ne peuvent pas poser le bon diagnostic, la recherche d’un traitement adéquat - c’est un problème. Pouvez-vous conseiller quelqu'un de adéquat à Moscou.
Dites-moi, quels sont les effets négatifs des pommades à base de stéroïdes, quelles sont leurs limites?
Toujours mettre une photo, ils peuvent être vus qui se décollent. La démangeaison est, mais très rare et pas forte

025.JPG (150.1 Ko, 61 vues)

027.JPG (145.1 Kb, 55 views)

Membre d'honneur du forum

Dit merci: 6

Remercié 5 347 fois pour 4 983 messages

- dermatite atopique et pigmentation photo (hypermélanose non aqueuse linéaire / gondolée sur les rides de la peau / ou un type de naevus dès la naissance, ne nécessitant en aucun cas un traitement)
- il n’y avait aucune raison de rechercher des anticorps contre les virus, c’est aussi sans plainte que de vous envoyer pour un examen de tout ce qui va suivre, ajoutons-le. stress
- comme indiqué ci-dessus, l'hydratation, l'exclusion d'un allergène (souvent de la nourriture) est possible, mais sans fanatisme, les préparations topiques sont préférables après avoir consulté un dermatologue (voir sur le forum toutes les informations sur la MA, en pédiatrie et en dermatologie, sur des thèmes similaires via une recherche)
- utiliser des corticostéroïdes sûrs et modernes pas plus de mois. tous les jours, suivis d'une pause d'au moins une semaine; 1-2 semaines de meilleure application, puis une pause et des hydratants

№122 anticorps de classe IgG dirigés contre les virus de l'herpès simplex de types I et II

Anticorps de classe G dirigés contre les types 1 et 2 des virus de l’herpès simplex (HSV, HSV), indiquant une infection antérieure ou actuelle avec les types 1 ou 2 du virus de l’herpès simplex.

Les anticorps de classe G sont produits lors d’une infection chronique par le virus de l’herpès simplex du premier ou du deuxième type.

Caractéristiques de l'infection. L'herpès génital est causé par deux formes différentes mais apparentées du virus de l'herpès simplex (herpès simplex), appelé virus de l'herpès simplex de type 1 (HSV-1), qui provoque souvent de la fièvre sur les lèvres et le virus de l'herpès de type 2 (HSV-2). La cause de la défaite des organes génitaux est souvent le deuxième type. Mais la maladie des lèvres, causée par le virus de type I, peut progressivement toucher d'autres membranes muqueuses, notamment les organes génitaux. L'infection peut survenir à la suite d'un contact direct avec les organes génitaux infectés lors de rapports sexuels, lors du frottement des organes génitaux les uns contre les autres, lors de contacts oro-génitaux, anaux ou oro-anaux. Et même d'un partenaire sexuel malade, dont les signes externes de la maladie ne sont pas encore disponibles.

Une propriété commune de ces virus est la présence constante dans le corps humain, depuis le moment de l'infection. Le virus peut être en état de sommeil ou actif et ne quitte pas le corps, même sous l'influence de drogues. La manifestation manifeste d'une infection à l'herpès indique une diminution de l'immunité.

Le virus de l’herpès simplex (Herpès simplex) du premier type est extrêmement courant. L'infection primaire se produit, dans la plupart des cas, à l'âge préscolaire. À l'avenir, la probabilité d'infection diminue fortement. Une manifestation typique de l'infection est un «rhume» sur les lèvres. Cependant, le contact oral peut endommager les organes génitaux. Les organes internes ne sont affectés qu’avec une diminution significative de l’immunité.

L'herpès génital est caractérisé par l'apparition de petites vésicules douloureuses sur les organes génitaux. Bientôt, ils éclatent, laissant de petites plaies. Chez les hommes, des cloques se forment le plus souvent sur le pénis, parfois dans l'urètre et le rectum. Chez les femmes, il s’agit généralement des lèvres, moins souvent du col de l’utérus ou de la région anale. Après 1 à 3 semaines, la maladie disparaît. Mais le virus pénètre dans les fibres nerveuses et continue d'exister, tapi dans la moelle épinière sacrée. Chez de nombreux patients, l'herpès génital provoque une rechute de la maladie. Ils se produisent avec une fréquence variable - d'une fois par mois à une fois tous les deux ans. Ils sont provoqués par d’autres maladies, troubles et même par une surchauffe au soleil.

Le virus de l'herpès génital de type 2 de l'herpès affecte principalement les tissus tégumentaires (épithélium) du col utérin chez la femme et le pénis chez l'homme, provoquant des douleurs, des démangeaisons et l'apparition de vésicules transparentes (vésicules) à la place desquelles se forment des érosions / plaies. Cependant, le contact oral peut endommager le tissu épithélial des lèvres et de la bouche.

Chez les femmes enceintes, le virus peut pénétrer dans le fœtus par le placenta et provoquer des anomalies congénitales. L'herpès peut également provoquer un avortement spontané ou une naissance prématurée. Mais le risque d'infection du fœtus lors de l'accouchement, lors du passage par le col et le vagin lors d'une infection génitale primaire ou récurrente chez la mère, est particulièrement probable. Une telle infection à 50 # 37; augmente la mortalité néonatale ou l'apparition de lésions cérébrales ou oculaires graves. Dans le même temps, un certain risque d'infection du fœtus existe même dans les cas où la mère ne présente aucun symptôme d'herpès génital au moment de la naissance. Un bébé peut être infecté après la naissance si le père ou la mère a des lésions à la bouche ou contracte le virus avec le lait maternel.

Le virus de l'herpès simplex de type II semble être associé au cancer du col de l'utérus et au cancer du vagin et augmente la susceptibilité à l'infection par le VIH causant le SIDA. En réponse à l'introduction du VHS, la production d'immunoglobuline M (IgM) spécifique commence dans l'organisme. Dans le sang, ils peuvent être déterminés 4 à 6 jours après l’infection. Ils atteignent une valeur maximale les 15e et 20e jours. La production d'IgG spécifiques commence à partir de 10-14 jours, un peu plus tard - IgA

Les IgM et les IgA sont stockés dans le corps humain pendant une courte période (1 à 2 mois), les IgG - pour la vie (séropositivité). La valeur diagnostique de la primo-infection par le virus de l'herpès est la détection d'IgM et / ou une multiplication par quatre des titres d'immunoglobulines G spécifiques (IgG) dans des sérums appariés obtenus chez un patient à 10 à 12 jours d'intervalle. L'herpès récurrent se produit généralement à l'arrière-plan de taux élevés d'IgG, indiquant une stimulation antigénique constante du corps. L'apparition d'IgM chez ces patients est un signe d'exacerbation de la maladie.

Une infection à HSV importante est incluse dans le groupe des infections à TORCH (le nom est formé par les lettres initiales des noms latins - Toxoplasma, Rubella, Cytomegalovirus, Herpes), potentiellement dangereuses pour le développement de l’enfant. Dans l'idéal, une femme devrait consulter un médecin et se soumettre à un examen de laboratoire pour détecter une infection à TORCH 2 à 3 mois avant la grossesse envisagée, car dans ce cas, il sera possible de prendre les mesures thérapeutiques ou préventives appropriées et, si nécessaire, de comparer les résultats de la recherche avant la grossesse. avec les résultats des enquêtes pendant la grossesse.

Anticorps anti-herpès type 6 igg

À ce jour, les scientifiques ont identifié 8 types d’herpès. Ils diffèrent par leurs caractéristiques.

Que sait-on du virus de l'herpès de type 6?

Le virus de l’herpès de type 6 a été connu relativement récemment - en 1986. Mais cela ne signifie pas du tout qu'avant, il n'existait pas dans la nature - ils ne pouvaient tout simplement pas le diagnostiquer correctement.

Préparations pour le traitement de l'herpès de type 6

Selon des scientifiques, dans le monde, ce virus n’est pas moindre que l’herpès ordinaire de types 1 et 2. En revanche, le type 6 appartient au groupe des virus contenant de l’ADN, mais ils ont également des caractéristiques communes. Tout comme les types d'herpès 1 et 2, le virus de type 6 ne peut infecter que les humains (les animaux ne contractent pas l'herpès) et, après son introduction, il vit dans le corps de façon permanente. Cependant, les virus de l'herpès de type 1 et 2 sur fond de stress, d'hypothermie et de rhume apparaissent immédiatement et l'herpès de type 6 peut être asymptomatique.

Le virus peut être transmis à la fois par des gouttelettes aéroportées et par voie orale, et même de mère à enfant - pendant la période périnatale. Le plus souvent, l'herpès pénètre dans le corps par la salive.

Qui a des anticorps contre le virus de l'herpès de type 6?

Il existe deux sous-types de ce virus - A et B. Le sous-type A est caractéristique des patients présentant un déficit immunitaire. Cela conduit au syndrome de fatigue chronique et à la sclérose en plaques. C'est assez rare.

Le deuxième sous-type d'herpès de type 6 apparaît plus souvent, en particulier chez les jeunes enfants. Dans la plupart des cas, ils souffrent d'enfants âgés d'un an et demi à trois ans.

Pourquoi un tel cadre d'âge? Le fait est que dans les premiers mois de sa vie, l’enfant a des anticorps anti-herpès de type 6, qu’il reçoit avec le lait maternel. Par conséquent, un enfant de cet âge ne peut être infecté que par des étrangers et uniquement si sa mère n'est pas porteuse du virus.

Comment se manifeste la maladie?

L'herpès de type 6 est également difficile à diagnostiquer car il est «masqué» pour d'autres maladies: ARVI, rubéole, rougeole, otite moyenne, pneumonie bactérienne et infections intestinales.

Les principaux symptômes de cette maladie virale sont les suivants:

  • éruption cutanée: petite, rouge. Ils n'apparaissent pas immédiatement, ne piquent pas et ne causent pas de gêne. Le plus souvent, ils peuvent être trouvés sur le dos. Après le dos, des bulles apparaissent sur le ventre et le cou, ainsi que derrière les oreilles. Cette éruption s'appelle roséole. Il passe généralement deux jours plus tard, sans laisser de traces. Certains bébés peuvent ne pas avoir une éruption cutanée;
  • Une forte hausse de température (supérieure à 39 degrés) pendant plusieurs jours. La température est difficile à baisser et peut ensuite disparaître aussi rapidement qu’il est apparu;
  • Légère rougeur des amygdales et du pharynx, pouvant être accompagnée d'un mal de gorge;
  • Ganglions lymphatiques élargis, en particulier derrière les oreilles;
  • Eruption cutanée au palais et à la langue;
  • Toux et nez qui coule;
  • La diarrhée et les nausées;
  • Crampes
  • Trouble du sommeil
  • Manque d'appétit.

Pour finalement déterminer le diagnostic et s’assurer qu’il s’agit bien de ce virus, seule l’analyse de l’herpès de type 6 aidera.

Les enfants souffrent généralement de cette maladie. Les manifestations primaires de l'herpès de type 6 à l'âge adulte sont assez rares. Si cela se produit, le patient observe des symptômes tels qu'une éruption cutanée sur la peau et de la fièvre. En outre, il peut avoir mal à la gorge, une fatigue chronique, une faiblesse musculaire, des ganglions lymphatiques enflés, une déficience visuelle, de la fatigue, de l'irritabilité, des troubles du sommeil et une myalgie migratoire.

Diagnostic du virus de l'herpès de type 6

Souvent, le médecin, se concentrant sur les symptômes, peut se tromper et prendre le virus de l’herpès pour une autre maladie. Pour éviter cela, il est recommandé de faire un test sanguin spécial par ELISA pour le virus de l'herpès de type 6. Les anticorps IgG dans le sang indiqueront si le pathogène est présent dans le corps. Il faut comprendre que les tests d'herpès (y compris ELISA) ne déterminent pas le virus lui-même, mais la présence d'immunoglobulines. Le fait est que dans la semaine qui suit l’infection, des corps spécifiques commencent à se former et au bout d’un demi-mois, des anticorps igg peuvent déjà être détectés. La quantité maximale d'anticorps est observée trois semaines après l'infection par l'herpès et ceux-ci persistent dans l'organisme tout au long de la vie.

Chez les enfants, les anticorps anti-herpès de type 6 peuvent être détectés dans le sang le dixième jour après la naissance. Pour une certitude absolue que le virus est présent dans le corps, il est souhaitable de faire un double test sanguin. Si igg croît quatre fois, ou si le résultat est négatif pour la première fois, et si la deuxième fois, il est positif, alors l'herpès de type 6 a pénétré dans le corps et son traitement est maintenant nécessaire. Selon l’analyse ELISA, la présence d’immunoglobulines est déterminée au moyen de réactions biochimiques spéciales.

L'analyse pour l'herpès de type 6 et son interprétation sont effectuées en laboratoire. Il nécessite un sérum sanguin, dont la clôture doit être faite au plus tôt 8 heures après le dernier repas. Il convient de rappeler que, dans chaque laboratoire, les valeurs de référence (indicateurs du taux d’herpès de type 6) sont différentes, quelque part de plus, et un peu moins. En règle générale, ils sont toujours indiqués sur le papier à en-tête du laboratoire. Si le nombre d'anticorps détectés est inférieur au seuil, le résultat est considéré négatif et s'il est supérieur, le résultat est positif.

Pour le diagnostic des maladies infectieuses, y compris l'herpès simplex de type 6, est également effectuée une analyse telle que la PCR - une réaction en chaîne poly-dimensionnelle. Son essence est que lors de l'analyse dans le matériel de recherche (sang veineux, salive, urine, etc.), on détecte l'ADN de l'agent infectieux. En conséquence, le laboratoire émet une conclusion quant à la présence d'un agent pathogène de l'herpès dans le sang (résultat positif) ou non (résultat négatif). Cette méthode de diagnostic est intéressante car elle permet de détecter l'agent pathogène, même si sa quantité est négligeable.

Herpès de type 6 - une analyse positive: que faire?

Si l'analyse montre que le virus est présent dans le sang et que la maladie elle-même ne se manifeste pas, il n'est pas nécessaire de commencer immédiatement son traitement. Il n'y a pas de médicament qui pourrait éliminer la présence de l'herpès dans le corps pour toujours. Et les anticorps sont présents dans 80% de la population adulte mondiale. Par conséquent, il est nécessaire de traiter l'herpès de type 6 uniquement lorsque, lorsque ses premiers symptômes sont apparus.

Pour le traitement du virus, prescrire divers médicaments antiviraux. Si la maladie se complique de fièvre, il est nécessaire de prendre des antipyrétiques. Vous devez également suivre le régime alimentaire, suivre le régime de consommation et prendre des vitamines supplémentaires.

Traiter l'éruption de roséole, si elle est apparue, ne devrait pas être. Il ne cause aucun inconvénient, ne pique pas et disparaît complètement au bout de quelques jours.

Si une personne a eu au moins une fois un herpès de type 6, le virus restera dans le corps pendant toute la vie et peut se manifester à tout moment, en particulier pendant une période de stress ou au cours d'une immunosuppression. Afin de se protéger au maximum de la récurrence de l'herpès, on peut observer les recommandations suivantes:

  • faire de l'éducation physique;
  • manger régulièrement des légumes, des baies et des fruits;
  • essayez d'éviter les rhumes et les infections;
  • assurer votre propre repos complet et régulier et un sommeil sain;
  • marcher plus souvent en plein air;
  • faire durcir.

Si nous parlons d'un enfant qui a contracté ce virus très tôt, vous devriez alors essayer d'allaiter le plus longtemps possible.

Le traitement correct de l'herpès de type 6 et la description la plus détaillée du virus

De nombreuses maladies connues se présentent sous une forme très grave lorsque l'herpès de type 6 est présent dans le corps. Il s’agit d’un des 8 virus de l’herpès, difficile à traiter dans certaines conditions. Il a 3 principaux modes de transmission et un certain nombre de complications.

Informations générales et caractéristiques du virus

L'herpès de type 6 est l'une des souches d'herpès, que seul le corps humain considère comme un vecteur. Par conséquent, dans l'abréviation, il est écrit HHV-6 ou HHV-6.

Il convient de rappeler que "le virus de l'herpès simplex de type 6" ne se produit pas. Le virus de l'herpès simplex (HSV) est un type de virus de l'herpès différent. À son tour, l'immunité réagit de manière plus agressive au HSV. Par conséquent, lorsque le système immunitaire est supprimé, la personne se trouve exacerbée plus souvent par l'herpès simplex que par une récidive de type 6.

Parmi les caractéristiques du virus devrait mettre en évidence sa capacité à se déguiser en autres maladies. Par conséquent, il est assez difficile de le diagnostiquer. Souvent, le type 6 est déterminé par la présence de virus de l'herpès de type 7 dans le sang.

Il existe deux types de virus de l'herpès humain de type 6:

  1. Le premier sous-type s'appelle HHV-6A (HHV-6A). C'est un type rarement diagnostiqué dans la pratique médicale. Il est souvent détecté chez les personnes séropositives. Et aussi parmi les médecins, il existe une théorie selon laquelle il développe une maladie telle que la "sclérose en plaques".
  2. Le deuxième sous-type s'appelle HHV-6B (HHV-6B). Plus de 90% de la population mondiale est infectée par ce sous-type. Les médecins pensent que le HHV-6B provoque une maladie telle que le "roséola pédiatrique". Habituellement, le type B commence son activité dans le contexte d’une maladie, comme l’hépatite, la pneumonie, etc.

Auparavant, le 6ème type n'était pas divisé en 2 espèces herpétiques différentes. En 2012, il a été divisé, car la régularité des différents types de ce virus de l'herpès a été remarquée. L'un d'eux a influencé les maladies associées au système nerveux, l'autre a provoqué une "éruption cutanée soudaine".

Modes de transmission du virus

L'herpès de type 6 est un virus assez actif, très tenace, qui cherche rapidement un vecteur. Il existe 3 méthodes principales de transmission:

  1. À la naissance. L'infection se produit de la mère à l'enfant pendant l'accouchement. En règle générale, la primo-infection se produit par le canal utérin et non par le placenta.
  2. À travers la salive. La présence d'un porteur d'herpès de type 6 dans la salive permet au virus d'être transmis non seulement par un baiser, mais également par des gouttelettes en suspension dans l'air par contact étroit.
  3. Par le sang. Si le transporteur a du sang sur la peau endommagée d'une personne en bonne santé ou par transfusion sanguine.

Symptômes de maladies causées par le virus

Lors de la primo-infection, l'herpès de type 6 provoque généralement un exanthème soudain. Par conséquent, les signes d'infection primaire par l'herpèsvirus de type 6 chez l'adulte sont rares, car une éruption cutanée soudaine se transmet pendant l'enfance.

Lors de la primo-infection, le corps réagit rapidement tout en:

  • la température monte à 38 degrés;
  • pose le nez;
  • les ganglions lymphatiques sont élargis;
  • la gorge commence à faire mal;
  • il y a une douleur dans les muscles et les articulations.

Le virus de l'herpès de type 6, provoqué par le virus de l'herpès de type 6 chez l'adulte, est principalement lié au syndrome de fatigue chronique (SFC) et à la mononucléose, causée par le HHV-6, et non au virus d'Epstein-Barr.

Le syndrome de mononucléose provoqué par l'herpès de type 6 présente les symptômes suivants:

  • ganglions lymphatiques enflés;
  • rouge gorge, comme avec le mal de gorge;
  • forte fièvre;
  • sensation de migraine;
  • état douloureux des articulations.

Avec le SFC, les symptômes sont très flous. Habituellement, le syndrome de fatigue chronique ne présente pas de signes évidents, mais le corps est constamment indisposé. Une personne ne peut pas dormir et se sent toujours faible et déprimée.

Diagnostics

Le virus de l'herpès simplex de type 6 est diagnostiqué par un test sanguin de PCR (réaction en chaîne de la polymérase) et ELISA (dosage immunoenzymatique). Le premier est capable de détecter la présence de l'ADN du virus, et le second sera capable de comprendre la primo-infection chez le patient ou l'exacerbation.

Les tests d'herpès de type 6 sont généralement rarement utilisés dans les diagnostics de laboratoire. Lorsqu'un patient présente une hypertrophie des ganglions lymphatiques et que le médecin est incapable de déterminer la cause ou s'il est difficile de savoir quels médicaments antiviraux lui sont prescrits.

Après le test, la présence dans le sang du rapport des immunoglobulines négatives (-) et positives (+) de la classe M (IgM) et de la classe G (IgG) sera détectée. Pour déchiffrer l'analyse, utilisez le tableau suivant:

Quels tests sont effectués sur l'herpès de type 6?

    virus de l'herpès 1 ou 2 types dans votre corps;

Aller à tester (1 et 2 types de HSV)

Aller au test (zona)

Aller au test (Mononucléose et EBV)

Chez 15% des jeunes enfants admis en traitement hospitalier, l’infection est causée par le virus de l’herpès simplex du sixième type.

Etant donné qu'une infection virale, à savoir le roséol, une sixième maladie ou une éruption cutanée soudaine chez le nourrisson, est compliquée par des convulsions, une analyse opportune de l'herpès de type 6 devient importante pour prévenir d'autres complications.

Des mesures thérapeutiques à part entière aident à prévenir la récurrence des crises, ainsi que de l'encéphalite.

Le virus étant considéré comme l’un des facteurs du syndrome de fatigue chronique, une analyse sanguine de l’herpès de type 6 est également utile pour le diagnostic des troubles des fonctions de l’activité nerveuse supérieure chez l’adulte, ainsi que pour la détermination complexe de la cause de l’hépatite, de la myocardite, du purpura thrombocytopénique, de l’éosinophilie et de l’hypersensibilité aux médicaments.

Où puis-je trouver le virus de l'herpès de type 6

L'éruption subite ou la roséole chez les enfants, à l'origine de l'herpès de type 6, est omniprésente et répandue chez les nourrissons et les jeunes enfants.

L'urgence de l'infection est due à l'absence de solutions de traitement standard et à la gravité des complications. En outre, la clinique de roséole aux premiers stades de la maladie ne présente pas de symptômes spécifiques clairs et le signe pathognomonique - une éruption cutanée dans le contexte d’une diminution des températures élevées - apparaît à la fin de la maladie, lorsque le diagnostic n’est pas tout à fait pertinent.

La roséole est une manifestation de la primo-infection par le virus de l'herpès de type 6 et est plus prononcée chez les jeunes enfants. En plus du flux classique sous forme de fièvre persistante et d'éruptions cutanées, une éruption cutanée soudaine peut être presque asymptomatique.

C'est important!

Comme d'autres types d'herpès, le sixième type après l'infection initiale et la maladie entre dans la phase latente (portage asymptomatique) et persiste toute la vie dans le corps humain.

La réactivation du virus est plus fréquente chez les personnes immunodéficientes et se traduit par une pneumonie, une hépatite, une inflammation du muscle cardiaque, une encéphalite, un rejet de l'organe ou du tissu greffé.

Il convient de noter que l’ADN du virus de l’herpès de type 6 présente une similitude structurelle avec le troisième type (cytomégalovirus), de sorte qu’ils appartiennent au même sous-groupe bêta. Le sixième virus est divisé en 2 sous-types: A et B.

Ce dernier cause le roséole, une inflammation du cerveau et un syndrome convulsif de type fébrile, dangereux pour les jeunes enfants. À son tour, le sous-type A provoque le syndrome de fatigue chronique, l’immunodéficience, la progression du VIH et la sclérose en plaques.

Le portage de l'herpès de type 6 est enregistré dans 90% de la population mondiale, en raison de la facilité de sa transmission entre les personnes par la salive.

Cependant, le résultat de l'analyse de l'herpès de type 6 dans la salive peut être faussement positif, car il réagit de manière croisée avec les espèces HHV 7.

En plus de la salive, les amygdales palatines servent de réservoir à l'agent pathogène. L'ADN de type HHV 6 est destiné à la vie dans les monocytes sanguins.

La plupart des femmes au stade de la fertilité maximale sont infectées par un virus, de sorte que certaines d'entre elles peuvent devenir une source d'infection pour un enfant en développement dans l'utérus.

Chez 2% des femmes enceintes, le virus est détecté dans la décharge du vagin et dans 40% des cas, l'ADN est détecté dans le sang.

Avec une fausse couche, une hépatite néonatale et une hydrocéphalie chez le fœtus, le virus de l’herpès simplex de type 6 est suspecté d’être une cause potentielle.

Les infections intra-utérines par cet agent pathogène surviennent à une fréquence ne dépassant pas 1% dans la population.

Plus de 90% des cas de roseola sont notés à l'âge de 2 ans. Dans le même temps, les valeurs maximales sont enregistrées de 7 à 14 mois.

Le bébé a un certain niveau d'IgG anti-HHV de type 6 à la naissance, mais à partir du quatrième mois de vie, le taux d'immunoglobulines diminue et le nourrisson devient de plus en plus vulnérable aux infections.

Diagnostic clinique de la roséole

La maladie chez les enfants est suspectée des signes caractéristiques suivants:

  • température corporelle élevée (augmente fortement), qui est maintenue pendant 4-5 jours à des valeurs de 39-40 ° C et plus, l'effet antipyrétique insignifiant;
  • sur le fond de la température, des symptômes tels que la congestion nasale, la toux peuvent ne pas être observés, mais il y a une rougeur de la gorge (porte d'entrée pour l'infection);
  • les jeunes enfants retiennent généralement l'appétit et l'activité malgré la température élevée;
  • lorsque la température baisse, une éruption cutanée apparaît sous la forme de papules et de taches de couleur rouge ou rose, ne se confondant pas, ne couvrant au début que le corps, puis le cou, le visage, les bras et les jambes. Il peut aussi y avoir de petites bulles. Cela prend une éruption cutanée pendant 1 à 3 jours de façon indépendante;
  • pour l'herpès de type 6 se caractérise par l'apparition d'un syndrome convulsif sur fond de température élevée au début de la maladie.

Souvent, on diagnostique un ARVI à l'enfant à une température élevée, sans lui proposer de faire une analyse de sang pour le virus de l'herpès simplex de type 6. Connaître le type d'infection est important en cas de convulsions lors d'une fièvre.

Cela est nécessaire pour exclure l'établissement de diagnostics neurologiques "supplémentaires" pour l'enfant, ainsi que la manifestation de vigilance dans les prochains jours de la maladie.

En cas de récurrence des convulsions, le risque d'épilepsie augmente, de sorte que le traitement doit viser à prévenir leur récurrence.

En plus du cours traditionnel de la maladie, des cas de fièvre sans éruption cutanée sont souvent enregistrés.

Tests de type HHV 6 et décodage

Après avoir évalué les symptômes du patient, procéder au diagnostic en laboratoire de l’infection virale. Pour la vérification du diagnostic, des analyses sont utilisées:

  • diagnostic sérologique - recherche d'anticorps dirigés contre les IgG et IgM de type 6 de l'herpèsvirus humain;
  • PCR pour l'herpès de type 6 dans la salive, le sang et d'autres matières;
  • numération globulaire totale.

Test sanguin pour les anticorps

Pour détecter les immunoglobulines anti-HHV de type 6, du sang est prélevé dans une veine afin de réaliser un test ELISA.

C'est important!

Les anticorps IgM (marqueurs de la primo-infection aiguë) peuvent être déterminés pendant 5 à 7 jours de maladie.

Le niveau maximum d'immunoglobuline M est noté à 2-3 semaines de maladie. Après 2 mois, ces anticorps ne sont pas détectés dans le test sanguin. Les anticorps M dirigés contre l'herpèsvirus humain de type 6 ne seront pas détectés lors de la réactivation du processus infectieux. Ce fait distingue cette infection virale de nombreuses maladies.

Le test de dépistage du virus de l’herpès humain 6 IgG est positif les jours 7 à 11, avec un maximum la troisième semaine. Contrairement aux IgM, les IgG persistent toute la vie.

Il convient de garder à l’esprit qu’à partir de 2 ans, 90% des personnes auront un test positif pour le HHV de type 6; par conséquent, pour diagnostiquer la maladie à un moment donné, il est nécessaire de donner du sang 2 fois avec un intervalle de 14 jours (sur la base du premier résultat positif, le diagnostic n’est pas valable). ).

Le premier don de sang sera positif pour l’IgG anti-HHV de type 6 positive au cours d’un processus aigu chez un individu déjà infecté, et dans le second, le nombre d’anticorps augmentera. Si le premier test est négatif, alors le second deviendra positif pour cette infection.

Si le diagnostic de syndrome de fatigue chronique ou d’autres maladies est diagnostiqué chez le patient et que le test est positif pour l’IgG du virus de l’herpès humain 6, les sous-types A et B doivent être différenciés à l’aide d’anticorps monoclonaux et d’anticorps polyclonaux.

La détermination du matériel génétique du virus dans la salive, le sang et d'autres liquides biologiques est effectuée par PCR.

Cette analyse implique un diagnostic qualitatif et quantitatif. Dans le premier cas, la présence d'ADN est déterminée, dans le second, le nombre de copies de la particule virale (charge virale).

Si l'analyse de l'ADN de l'herpèsvirus humain 6 (HHV 6) est positive par des indicateurs de qualité, le diagnostic est confirmé, ce qui signifie la présence d'un virus dans le matériel. Mais ce résultat peut confirmer à la fois l’état asymptomatique du porteur et la maladie.

La détermination quantitative de l'ADN est nécessaire pour analyser l'efficacité du traitement en cours.

Test sanguin général

Certains changements dans le sang sont caractéristiques d'un exanthème soudain ou d'une roséole infantile chez l'enfant: diminution du taux de leucocytes au pic de la maladie, diminution du nombre de neutrophiles, de plaquettes et, dans certains cas, d'une petite quantité de cellules mononucléées atypiques (pas plus de 10%).

Si la clinique d'infection est typique, mais que les tests ne montrent pas la présence du HHV de type 6, effectuez des recherches sur le sujet du virus de l'herpès de type 7, l'entérovirus. Une éruption cutanée est souvent confondue avec la rubéole ou une allergie, ce qui conduit à de faux résultats.

Auteur: docteur en maladies infectieuses Kulikovskaya Natalia Alexandrovna

Une Autre Publication Sur Les Allergies

Quelles pilules aideront à traiter l'acné du visage de l'intérieur

Avant que le traitement ne commence, il est extrêmement désagréable, tout d’abord d’un point de vue esthétique, une maladie dont vous devez déterminer les causes.


Étapes du mélanome: prédiction de survie

Au cours des dernières décennies, le nombre de personnes souffrant de mélanome cutané a considérablement augmenté. La maladie peut se développer à tout âge, mais est plus fréquente chez les personnes âgées.


Fluconazole pour pityriasis versicolor: recommandations d'utilisation

Le pityriasis versicolor versicolor est une infection chronique d’origine fongique, qui touche les couches supérieures de la peau. Un autre nom est "champignon du soleil".


Comment éliminer rapidement les taches rouges de l'acné

Diverses inflammations de la peau provoquent un inconfort important. Mais il est également important de se débarrasser des traces qui se forment souvent après l’acné.