Infection à papillomavirus pendant la grossesse

Le papillomavirus humain est très répandu: environ 90% de la population mondiale est porteuse. L'infection peut survenir par contact sexuel, contact domestique ou lors de l'accouchement. Pendant longtemps, la maladie peut ne pas se manifester, mais la femme tombe enceinte et le papillome entre dans la phase aiguë. Les néoplasmes apparaissent souvent sur la peau du cou, des joues, de la poitrine, des aisselles et dans la région de l'aine.

Papillome - le nom de tout un groupe de virus. Par conséquent, pour répondre à la question sur son danger pendant la grossesse, il est nécessaire de déterminer le type et le lieu. Parfois, l'infection ne représente aucune menace pour l'enfant et nécessite parfois un traitement.

Infection à papillomavirus humain pendant la grossesse

Une infection à papillomavirus pendant une longue période peut survenir sous une forme latente. Les exacerbations se produisent lorsque l'immunité diminue, par exemple pendant la grossesse. Selon les statistiques, environ 80% des futures mères trouvent des papillomes sur leur peau. Extérieurement, l'éruption cutanée est identique à celle de toutes les autres personnes: chair ou légèrement plus foncée, arrondie, souvent sur la jambe. Mais pendant cette période, ils apparaissent plus à grande échelle et rapidement.

Les néoplasmes eux-mêmes sont indolores, mais peu esthétiques, et beaucoup de femmes veulent les éliminer le plus tôt possible. Le papillomavirus humain peut être non oncogène et oncogène, avec un risque faible ou élevé de transformation en cancer.

Pour savoir quel type d'éruption cutanée, il est nécessaire d'effectuer un diagnostic en laboratoire.

Les papillomes se développent au niveau des points de contact avec le bord ou la couture du vêtement, ainsi que dans les plis des extrémités. Dans ces cas, il existe un risque de dommages et de développement de saignements.

Les condylomes sont particulièrement fragiles - des excroissances ressemblant à des verrues qui sont attachées à la surface avec une jambe mince. Souvent, ils se trouvent sur les parties génitales et peuvent causer une gêne, des démangeaisons et des pertes vaginales tachées de sang ou jaune-vert.

Impact sur le corps de la femme enceinte et sur le fœtus

Les papillomes étant une maladie virale, de nombreuses femmes s'inquiètent de leur impact possible sur le développement du fœtus et la grossesse tout au long de la grossesse. Si les tumeurs ne se trouvent pas sur les parties génitales, elles ne présentent aucun danger.

Lorsque les papillomes sont situés sur les organes génitaux, la croissance des éruptions est accélérée, le risque de dommages et de saignements augmente. Les sécrétions vaginales apparaissent également - un environnement humide, idéal pour la reproduction du VPH et d'autres agents infectieux. Dans ce contexte, un déséquilibre hormonal et une diminution de l'immunité peuvent survenir. En savoir plus sur la façon de renforcer le système immunitaire pendant la grossesse →

Dans de rares cas, les papillomes génitaux peuvent être transmis au bébé pendant l'accouchement. Souvent, le corps du nourrisson se débrouille tout seul et la maladie entre dans une phase asymptomatique sans danger. Parfois, après une infection, le bébé développe des tumeurs sur les cordes vocales (papillomatose des voies respiratoires) ou ailleurs. De telles conditions sont dangereuses et nécessitent un traitement, mais sont extrêmement rares.

Raisons

Chez les femmes enceintes, les éruptions cutanées apparaissent rapidement et couvrent souvent de grandes surfaces cutanées. Les causes d'exacerbation de l'infection à papillomavirus humain pendant la grossesse sont les suivantes:

  • réduction naturelle de l'immunité nécessaire au succès de la procréation;
  • exacerbation de certaines maladies chroniques;
  • les changements hormonaux qui causent des changements dans les couches supérieures de la peau;
  • des lésions cutanées plus fréquentes, associées à une augmentation du poids de la femme, ainsi qu'à des modifications immunitaires et endocriniennes;
  • diabète, escalade au milieu des ondes hormonales.

Diagnostics

Un dermatologue ou un vénéréologue est impliqué dans la détection de l’infection à papillomavirus chez la femme enceinte. Chaque type de virus se manifeste à sa manière. Sur la base des données d’inspection, un diagnostic ne peut être posé que dans le cas de verrues génitales. Cependant, il est impossible de déterminer leur type et leur degré d'oncogénicité sans les méthodes de recherche en laboratoire.

La principale méthode de diagnostic de l'infection à papillomavirus humain est l'analyse PCR. Pour obtenir du matériel, le médecin procède à un raclage du col (moins souvent - de l'urètre). L'essence de la méthode est que, sous l'action d'enzymes spéciales, la quantité d'ADN du virus dans l'échantillon augmente de façon exponentielle. Après cela, l'infection est plus facile à voir avec un microscope.

Le diagnostic PCR aide à détecter le virus du papillome humain, à déterminer le type auquel il appartient, son oncogénicité et à lui donner une évaluation quantitative. La combinaison de ces paramètres est significative, elle aide à déterminer quand l’infection s’est produite et, par conséquent, les porteurs et ceux qui ont besoin d’un traitement.

Dans certains cas, une biopsie est prescrite pour obtenir des informations plus précises sur les caractéristiques structurelles du tissu et sur l'exactitude de l'emplacement des couches. Les données de l'analyse histologique permettent de juger du stade de la maladie et du risque de dégénérescence des formations en formations oncologiques.

Traitement

Si une femme a une grossesse et un papillome, en fonction de la dangerosité du virus, le traitement peut être administré à partir de la 28e semaine de gestation ou différé jusqu'à la fin du processus de gestation. Avec la localisation des lésions chez la future mère dans des endroits où des traumatismes cutanés se produisent souvent, les papillomes doivent être supprimés.

Pour cela, une excision chirurgicale avec congélation locale de la peau, cryodestruction, traitement au laser, électrocoagulation peut être appliquée. Mais il convient de rappeler que la plupart des papillomes disparaissent d'eux-mêmes après l'accouchement. Par conséquent, une telle intervention est une mesure extrême nécessaire lorsque les verrues génitales se développent.

À partir de la 28e semaine, tous les organes sont déjà formés dans le fœtus et le placenta le protège partiellement des substances nocives provenant du sang de la mère. A partir de cette période, il est possible de consommer de la drogue. Onguents et gels utilisés localement: Viferon, Solkoderm, Acyclovir, Onguent oxolinique. Dans les médicaments prescrits avec des effets immunomodulateurs: Kipferon, Anaferon, Reaferon, Viferon.

Le traitement de l'infection à papillomavirus humain est préférable avant la grossesse. Cela aidera à éviter l'inconfort et les expériences inutiles au cours d'une période aussi cruciale.

Des complications

La complication la plus dangereuse d'une infection à papillomavirus humain est le cancer du col de l'utérus, du vagin ou de la vulve. Sur plus de 30 types de VPH génitaux, 15 sont oncogènes. Dans 70% des cas, les virus de types 16 et 18 deviennent la cause d'une tumeur maligne.

En plus des maladies oncologiques, sans traitement en temps voulu, les papillomes peuvent devenir une source d’infection. Par exemple, les condylomes en croissance commencent à s'infecter et à saigner, provoquant une ulcération de la membrane muqueuse. Le pus et le sang contribuent à la propagation du processus infectieux inflammatoire. L'immunité diminue, il y a une exacerbation des maladies chroniques de divers organes.

Pendant la grossesse, la prolifération prononcée de papillomes génitaux peut interférer avec le processus naturel de l'accouchement. Dans de tels cas, une césarienne est effectuée. Le risque de complications chez un enfant est faible. Parfois, une infection survient lors du passage dans le canal génital, la maladie se manifeste par des papillomes du nourrisson dans les voies respiratoires, ainsi que sur les organes génitaux, l'anus, le cou et les aisselles.

Prévention

Malgré le fait que les préservatifs sont le principal mode de transmission des infections sexuellement transmissibles, ils ne protègent pas contre l’infection. Un vaccin contre l'infection à papillomavirus humain est en cours de développement. Par conséquent, la prévention repose sur le maintien de l'activité du système immunitaire: marcher au grand air, une alimentation équilibrée, la prise de complexes de vitamines et de minéraux, etc.

De plus, afin de prévenir les éruptions cutanées, les femmes enceintes doivent surveiller leur prise de poids et porter des sous-vêtements confortables en tissu naturel pour éviter toute irritation de l'aine. Si des papillomes sont néanmoins apparus pendant la grossesse, il convient dès que possible d'informer le médecin et de discuter avec lui de la nécessité d'un traitement.

La grossesse et l’infection au papillomavirus humain se produisent souvent simultanément. L'exacerbation de la maladie est provoquée par une diminution de l'immunité, des changements hormonaux et un gain de poids. Dans la plupart des cas, il ne nécessite pas de traitement, car il ne constitue pas une menace pour le fœtus et le processus de gestation. Mais si l'éruption provoque un inconfort, appliquez des agents antiviraux locaux, des médicaments immunomodulateurs, ainsi qu'une élimination pratiquée chirurgicalement des papillomes.

Auteur: Olga Khanova, médecin,
spécialement pour Mama66.ru

Papillomavirus humain pendant la grossesse

La grossesse est la période la plus importante de la vie de chaque femme. Les futures mères sont particulièrement attentives à leur santé, de sorte que toutes les maladies sont généralement diagnostiquées dès les premières manifestations. Le VPH pendant la grossesse est assez courant. L'article suivant vous expliquera les caractéristiques de l'évolution de l'infection par le papillomavirus humain pendant la grossesse.

Le principal coupable

L'agent causal de l'infection à papillomavirus humain est un virus qui infecte la couche supérieure de la peau et les muqueuses des organes génitaux. La transmission de ces virus n’est possible que de personne à personne, l’infection se produisant lors d’un contact avec la peau ou les muqueuses d’une personne malade. Après infection, le virus reste dans la peau et les muqueuses, il n’entre pas dans le sang ni dans d’autres organes. L'infection à papillomavirus humain n'est pas une maladie sexuellement transmissible. L’infection peut ne pas se produire pendant les rapports sexuels, mais l’utilisation du préservatif, la virginité, un partenaire sexuel permanent ne sont pas une garantie de l’absence de VPH dans le corps.

Pour l'infection à papillomavirus humain, une évolution latente (latente) est caractéristique, la période d'incubation (de l'infection à l'apparition des premiers signes de la maladie) est longue, allant de 3 mois à plusieurs années.

D'autres HPV peuvent vivre longtemps dans le corps, même dès la naissance, et se manifester pour la première fois au milieu de la vie en raison d'une diminution de l'immunité. Lorsque cela se produit, l'activation du virus, sa reproduction améliorée et la maladie entre dans une phase de manifestations cliniques.

Synonymes

  • Infection causée par le VPH; verrues génitales.
  • CIM 10
  • A63 Autres maladies transmises principalement par voie sexuelle, non classées ailleurs.
  • А63.8 Autres IST précisées.
  • Q97.7 Les papillomavirus sont à l'origine de maladies classées dans d'autres rubriques.

Épidémologie de l'infection à papillomavirus humain

Le papillomavirus humain (VPH) est la cause des néoplasmes bénins et malins. Le virus infecte l'épithélium squameux stratifié de la peau et des muqueuses. Voie de transmission - contact, y compris sexuel. La transmission de l'infection à papillomavirus humain pendant l'accouchement est rare. Le tableau clinique de l'infection périnatale se développe sur 2 ans. La présence de verrues génitales chez les enfants de plus de 18 mois, en particulier de plus de 2 ans, indique la possibilité de commettre des violences sexuelles.

Le VPH est détecté à la fois dans les tissus endommagés et dans l'épithélium inchangé. Le type 16 de VPH est détecté dans 80% des cas de col utérin inchangé. Chez les jeunes femmes (âge moyen 22,9 ans), le VPH est détecté dans 33% des cas. Le plus souvent, le virus se trouve dans le canal cervical et la vulve - 46%. Dans la plupart des cas, l’infection est due aux types 16 et 18 du VPH. Loin de toutes les femmes infectées par des types HPV oncogènes, y compris les 16ème et 18ème, développeront une maladie cliniquement significative, qui se transformera en cancer du col utérin (cancer du col utérin).

Différents types de HPV ont été trouvés dans 99,7% des échantillons de biopsie prélevés chez des patients atteints de cancer du col utérin dans le monde, aussi bien pour les carcinomes épithéliaux plats que pour les adénocarcinomes.

La période d'incubation des verrues externes est de 2 à 3 mois, pour le cancer et les années précancéreuses.

Causes de l'infection à papillomavirus humain

Le VPH est un petit virus qui contient de l'ADN double brin. Actuellement, plus de 120 types de VPH sont connus. Plus de 30 types peuvent infecter le tractus génital. Tous les types de HPV sont divisés en deux groupes: risque oncogène élevé, détecté dans les tumeurs malignes, et risque oncogène faible, détecté dans les lésions cervicales bénignes et les verrues.

Le groupe à risque oncogène élevé comprend 16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59, 66, 68, 73, 82 virus et le groupe à faible risque comprend 6, 11, 36, 42, 43, 44, 46, 47 et 50. En Europe, le VPH de type 16 est le plus courant, rencontré dans plus de la moitié des cas de cancer du col utérin.

Si l'on ajoute à cela quatre autres types de VPH (18, 31, 33 et 45), ils sont détectés dans plus de 85% des cas de cette maladie. L'infection causée par le VPH à faible risque oncogénique se fait généralement de manière bénigne avec un rétablissement rapide, dans les 12 à 18 mois.

Comment une infection virale peut-elle se produire?

Infection à papillomavirus humain

Le VPH peut être transmis très facilement, surtout en présence de microfissures ou de blessures, ce qui se produit généralement:

  1. Pendant le rapport sexuel oral et anal.
  2. Par des moyens domestiques (lorsque vous utilisez des rasoirs, des lames, etc.) dans des lieux publics.
  3. L'infection virale Papilomo et la grossesse peuvent causer une infection du nouveau-né.
  4. Ne pas exclure les gouttelettes aéroportées.

Une fois dans le corps humain, le virus par le sang pénètre dans les cellules de la peau de l'épithélium ou de la membrane muqueuse, le régénérant et l'obligeant à agir différemment. En conséquence, et apparaissent des néoplasmes. Bien que la période d'incubation soit en moyenne de 2 à 3 mois, le VPH peut durer plusieurs années.

Pathogenèse

La cible principale des effets des types de HPV oncogènes est la zone de transformation cervicale, où se développent les changements dysplasiques et précancéreux. Progression possible des modifications cellulaires associées à l’infection par le VPH au développement du cancer du col de l’utérus. L'ensemble du processus prend généralement entre 10 et 40 ans, mais dans de rares cas, il peut se développer en 1 ou 2 ans.

Symptômes d'infection par le VPH pendant la grossesse

Développement sur la peau et / ou les muqueuses de la région anogénitale de croissances exophytiques similaires à celles du chou-fleur; kératinisant, dominant au-dessus du niveau de la peau, ce qui provoque des saignements, des démangeaisons et des pertes Chez les femmes, localisation fréquente - le col utérin. Souvent, plusieurs sites sont affectés simultanément (par exemple, le col de l'utérus, le vagin et la vulve). La taille et le nombre de verrues sont différents. Pendant la grossesse, le tableau clinique peut varier. Les verrues externes sont rarement malignes. Seuls certains types de VPH provoquent des cancers du col utérin et ano-rectal, ainsi que des cancers de la vulve et du pénis. L'infection est souvent asymptomatique. La complication la plus terrible est le cancer du col utérin.

Complications de la gestation

Porter le VPH n'affecte pas le cours ni l'issue de la grossesse. Seuls des cas isolés de papillomatose laryngée chez des nouveau-nés nés de mères présentant des verrues génitales étendues ont été décrits.

Cours de grossesse

Pendant la grossesse, les condylomes visibles se reproduisent souvent, ont tendance à augmenter de manière significative, deviennent lâches, de grandes formations peuvent causer des difficultés lors de l'accouchement. Il est prouvé que l'infection initiale par le VPH pendant la grossesse peut entraîner une interruption du traitement, mais la question de savoir si une telle infection provoque des anomalies du développement du fœtus est sans objet. Selon différents chercheurs, la fréquence de transmission du VPH de la mère au fœtus varie de manière assez significative - de 4 à 80%.

Comment la transmission du virus n'est-elle pas connue jusqu'à présent? Il est fort probable que le canal du col utérin et les membranes fœtales passent par le canal ascendant ou par contact lorsque l’enfant passe par le canal de naissance de la mère. L'infection par le VPH au cours de l'accouchement a récemment été associée au développement de papillomatose laryngée, de trachée et de bronches et de verrues anogénitales chez les nourrissons.

La maladie est assez rare. De plus, des cas de cette maladie chez des enfants nés avec une césarienne sont décrits. Par conséquent, la présence du VPH et ses manifestations chez une femme enceinte ne constituent pas une indication pour une césarienne. Les indications chirurgicales ne peuvent être que la présence de verrues géantes, ce qui rend difficile l'accouchement par le canal de naissance. Mais de tels condylomes ne surviennent que chez les femmes présentant un déficit immunitaire sévère, tel que le SIDA.

Après la naissance, le VPH détecté pendant la grossesse n’est le plus souvent pas détecté et les manifestations cliniques se présentant sous la forme de croissances massives sont considérablement réduites ou disparaissent. Il convient de noter que le VPH a été détecté pour la première fois pendant la grossesse et qu’il n’est généralement pas détecté après la naissance.

Diagnostic du VPH pendant la grossesse

Le diagnostic vise à identifier les types de HPV oncogènes: typage du virus avec définition de génotypes spécifiques, durée de persistance du virus dans le canal cervical du col utérin; charge virale (quantité de virus) et le degré d'intégration du virus dans la cellule hôte. En présence de types HPV oncogènes, un examen cytologique est requis et si une dysplasie de l'épithélium cervical du col utérin est détectée, une biopsie avec examen histologique est requise.

Anamnèse

  • plus de 35 ans;
  • pathologie du col utérin;
  • Antécédents d'infections sexuellement transmissibles;
  • la prostitution;
  • début précoce de l'activité sexuelle;
  • la présence d'un grand nombre de partenaires sexuels;
  • changement fréquent de partenaires sexuels;
  • états d'immunodéficience.

Examen physique

Détection vue dans les miroirs: verrues anogénitales, érosion cervicale et autres lésions du canal cervical.

Tests de laboratoire

Dans les formes asymptomatiques, l’épithélium racleur de l’urètre et / ou du canal cervical est utilisé comme matériau d’étude des types oncogènes HPV. Pour la détection du virus, seules des méthodes de diagnostic moléculaires-biologiques sont utilisées (PCR, PCR en temps réel, PCR utilisant un piège hybride) avec typage des types oncogènes et non oncogènes et détermination de la charge virale (quantité d'ADN du virus).

Lors de la détection de types oncogènes de HPV, il est impératif de mener une étude cytologique avec l’établissement du degré de dysplasie épithéliale du canal cervical. Avec un degré élevé de dysplasie, un examen histologique est effectué. S'il y a des verrues génitales externes, la dactylographie du VPH n'est pas effectuée.

L'examen sérologique n'est pas utilisé.

Études instrumentales

Avec la localisation des verrues sur le col de l'utérus dépenser colposcopie, et avec la localisation dans la zone de l'ouverture externe de l'urètre - urétroscopie. Pour visualiser les manifestations infracliniques d’infection à papillomavirus sur la peau et les muqueuses, utilisez la méthode de détection des lésions à l’acide acétique: de l’acide acétique à 5% est appliqué sur la peau des organes génitaux ou du col de l’utérus. Les patients présentant des lésions visibles sur le plan clinique n'utilisent pas cette technique.

Dépistage

Toutes les directives existantes pour la prévention du cancer du col utérin fournissent des recommandations pratiques concernant la sélection des groupes cibles pour le dépistage, les intervalles pendant le dépistage, ainsi que des stratégies pour des groupes particuliers de patients.

Sur la base de l'expérience de divers pays dans l'organisation du dépistage du cancer du col utérin, les recommandations suivantes ont été proposées pour la première fois dans notre pays aux programmes de prévention en Russie.

  • L'âge de début du dépistage est de 25 ans.
  • L'âge auquel il est inapproprié de continuer le dépistage est de 65 ans.
  • Intervalles de dépistage - tous les 3 ans pour les femmes de moins de 50 ans et tous les 5 ans pour les femmes de 50 à 65 ans.

Groupes de patients spéciaux:

  • les femmes atteintes de maladies de l'utérus;
  • les femmes atteintes d'hystérectomie subtotale;
  • femmes atteintes d'hystérectomie pour cancer invasif du col utérin.

Les femmes enceintes qui n'ont pas participé au dépistage devraient se soumettre à un examen cytologique lors de leur inscription pour une grossesse, puis, comme il est recommandé, en dehors de la grossesse.

Diagnostic différentiel

Molluscum contagiosum

  • Micropapillomatose des lèvres génitales
  • Papules nacrées du pénis
  • Kératose séborrhéique
  • Naevus intradermique
  • Сancer in situ
  • Indications pour consulter d'autres spécialistes

    En identifiant la dysplasie de l'épithélium du canal cervical II - III degré, le cancer in situ, le cancer du col utérin, une consultation gynécologue est montrée.

    Traitement de l'infection par le papillomavirus humain pendant la grossesse

    Les thérapies qui garantissent efficacement la guérison complète de l'infection à papillomavirus humain ne le sont pas. Une immunité cellulaire propre peut supprimer l’activité du VPH pendant un certain temps, mais les verrues ont tendance à se reproduire. On pense que l'élimination des verrues génitales réduit le risque de transmission du virus, ainsi que le risque de transformation maligne, mais ne les élimine pas complètement.

    Objectifs de traitement

    Le virus n'étant pas toujours éliminé, le traitement vise à éliminer les verrues anogénitales, le traitement de l'érosion cervicale et la dysplasie de l'épithélium du canal cervical. Toutes les mesures diagnostiques, prophylactiques et thérapeutiques visent à prévenir le cancer du col utérin.

    Traitement non médicamenteux

    La méthode de la cryothérapie est possible pour les petites verrues génitales et périanales externes, ainsi que pour les lésions intraépithéliales du col de l’utérus de degré modéré.

    Cela nécessite un équipement spécial et un spécialiste qualifié. Une anesthésie locale ou une anesthésie est nécessaire. Un bon résultat est généralement obtenu, mais dans certains cas, des cicatrices peuvent rester.

    Traitement médicamenteux du bermice

    En présence de petites verrues génitales et périanales externes, aucun traitement médicamenteux pendant la grossesse n’est pratiqué.

    Traitement chirurgical

    Il est utilisé en présence de verrues génitales étendues ou de lésions cervicales graves (cancer in situ ou cancer du col utérin).

    Traitement du condylome dans le bouillon

    Le traitement du VPH et des condylomes doit être effectué au cours du premier trimestre de la grossesse. En présence de formes exophytiques, leur élimination est indiquée, car il est possible d’attendre à une date ultérieure leur croissance rapide. Ceci est semé d'embûches diverses pendant la grossesse et l'accouchement.

    Dans les cas où des manifestations actives du VPH, y compris les CIN 1 et 2, sont identifiées, l'interruption n'est le plus souvent pas effectuée. Après traitement, la colposcopie et la cytologie sont à nouveau effectuées. Si le CIN 2-3 est détecté à court terme, il est plus optimal de fournir un avortement et un traitement approprié. Cependant, les tactiques peuvent être différentes, la décision est prise spécifiquement dans chaque cas en fonction de la période, de l'âge du patient, du tableau clinique et de l'examen. Dans ce cas, il est obligatoire de consulter un oncologue. Il est possible de procéder à une microconisation du col utérin avec un accouchement par césarienne.

    En présence d'un cancer du col utérin, à condition que la profondeur d'invasion de la tumeur ne dépasse pas 3 mm, une conisation cervicale (peu profonde) est réalisée. La partie distante est soumise à un examen histologique. Les tactiques sont déterminées après l'obtention des données histologiques avec un oncologue. Les chirurgies radicales sont effectuées 4 à 6 semaines après l'accouchement. Cela vaut la peine de dire qu’il n’ya absolument aucune tactique uniforme dans de tels cas et que la décision est prise individuellement.

    En conséquence, le bébé peut développer une maladie du larynx très grave, à savoir une papillomatose respiratoire récurrente. Il est très difficile à traiter et ces enfants deviennent souvent handicapés. Heureusement, cette maladie est rare.

    Indications d'hospitalisation

    Si nécessaire, une hospitalisation pour intervention chirurgicale est nécessaire.

    Prévention et pronostic des complications de la grossesse

    Pour la prévention de la papillomatose du larynx chez le nouveau-né en présence de verrues volumineuses ou multiples dans la région génitale d'une femme, une opération du SK est recommandée. Avec le VPH oncogène élevé, il n'y a pas de recommandations spéciales.

    La prévention primaire du cancer du col utérin implique de prendre des mesures contre les personnes qui ne présentent pas de signes de la maladie afin d'empêcher son développement à l'avenir. Un exemple classique de prévention primaire de toute maladie est la vaccination, pratiquée en dehors de la grossesse.

    La prévention secondaire du cancer du col utérin implique la détection et le traitement précoces des personnes présentant des signes de la maladie afin de ralentir ou d’arrêter sa progression.

    La prévention tertiaire est l'ablation chirurgicale d'une tumeur développée en association avec une radiothérapie ou une chimiothérapie.

    Évaluation de l'efficacité du traitement

    Le contrôle de la guérison est effectué au moyen d’examens périodiques (1 tous les 6 à 12 mois) de patients, d’un examen cytologique, de la détermination des types oncogènes du virus et de leur génotypage. La détection de contact n'est pas requise. Les partenaires sexuels doivent être examinés et examinés, en présence de manifestations d'infection à papillomavirus humain - à traiter.

    Lorsque des verrues anogénitales sont détectées, l'enregistrement est effectué selon le formulaire 089 / у-кв.

    Informations pour le patient

    Persistance possible à long terme du virus sans développement d'un cancer du col de l'utérus, ainsi que l'élimination du virus sans traitement. Avec la persistance à long terme du génotype du virus avec une activité oncogène accrue, son intégration dans le génome cellulaire avec le développement d'une dysplasie cervicale, une malignité est possible. Dans le cadre de la transmission sexuelle du virus, les partenaires sexuels doivent être examinés. Si un risque oncogénique élevé est détecté dans le canal cervical du VPH, un examen cytologique oculaire doit être effectué une fois par an. En cas de dysplasie cervicale de grade III ou de cancer du col utérin, une surveillance et un traitement par oncogynécologue sont nécessaires.

    Lorsque les types de VPH présentant un risque oncogène élevé chez les femmes enceintes sont détectés, la grossesse se poursuit. En présence de dysplasie cervicale, un examen colposcopique et colipocytologique est effectué.

    Grossesse et infection au papillomavirus humain

    Pas aussi effrayant que cela puisse paraître. HPV - virus du papillome humain - une fois dans le corps de la future maman, il n'a pas d'effet négatif prononcé sur le fœtus ou la femme elle-même. Personne n’a encore prouvé que l’infection par le virus du papillome humain avait une incidence sur le cours de la grossesse. Les seuls cas dans lesquels ce virus peut menacer un enfant en bas âge sont les verrues anogénitales (verrues génitales) causées par une infection à HPV 6 et 11.

    En règle générale, le virus du papillome humain est présent dans le sang de près de 90% des habitants de la Terre. Selon différentes sources, ils ont infecté 70 à 95% des personnes en âge de procréer. Et, d'ailleurs, la majorité du virus ne se manifeste pas. Sauf lorsqu'une personne a un système immunitaire affaibli. Le VPH est l’une des maladies virales les plus courantes. Il existe aujourd'hui des centaines de types différents de VPH. Troisième - transmis sexuellement. Manifesté par un condylome et un papillome dans le vagin, sur le col de l'utérus.

    Mais la plupart des types de VPH ne présentent aucun symptôme. De plus, les mécanismes exacts de la transmission interhumaine de ce virus sont également inconnus.

    Si, au moment de la conception, le VPH était sous une forme latente, il peut se faire sentir au cours de la grossesse par des papillomes - il s’agit de excroissances cutanées (verrues molles). Si elles étaient plus précoces, elles peuvent grossir et changer. Se débarrasser d’eux lors d’une situation intéressante n’est pas recommandé, car toute brûlure - stress pour la peau, et donc - pour le bébé. Par conséquent, une femme enceinte atteinte du VPH doit toujours être surveillée de près. Aucune méthode de traitement ne lui a été prescrite qu'après la 28e semaine de grossesse. Après tout, à ce moment-là, les systèmes et les organes du bébé sont déjà formés et ne sont pas menacés par les effets négatifs des médicaments.

    Infection à HPV et condylomes pendant la grossesse

    Les femmes enceintes sont perplexes lorsqu'on leur prescrit des tests pour les infections sexuellement transmissibles: pourquoi se réassurer, si tout semble en ordre?

    Catherine Svirskaya
    Obstétricien-Gynécologue, Minsk

    Malheureusement, ces maladies à notre époque sont assez courantes et souvent asymptomatiques. Entre-temps, il y en a qui peuvent nuire au déroulement de la grossesse, à l'accouchement et à la santé du bébé. C'est pourquoi ces maladies méritent une conversation particulière.

    Infection à papillomavirus humain, PVI, papillomatose, condylomatose, verrue virale - tous ces termes font référence à une maladie causée par le virus du papillome humain - HPV (Papillomavirus humain - HPV). L'infection du tractus génital par le virus du papillome humain est récemment devenue l'une des maladies les plus courantes. La fréquence des diagnostics de cette infection dans le monde au cours des dix dernières années a été multipliée par plus de dix, ce qui s'explique sans doute par l'attention particulière portée à ce virus par les scientifiques et les médecins du monde entier. Cet intérêt pour l'IVP est dû au fait que les propriétés oncogéniques des papillomavirus n'ont été découvertes que récemment - leur aptitude à provoquer des cancers du col de l'utérus et du rectum. Cependant, seuls quelques-uns des 100 types de virus du papillome humain (VPH) présentent de telles caractéristiques. Sur cette base, tous les HPV sont divisés en variétés à risque oncogénique faible, moyen et élevé. Les variétés à haut risque oncogénique sont les types 16, 18,31.

    Bien que le virus ait une oncogénicité, il présente une caractéristique distinctive: la disparition spontanée du corps, c’est-à-dire l’auto-guérison.

    Infection à papillomavirus humain pendant la grossesse

    L'agent causal de l'infection à papillomavirus humain est un virus qui infecte la couche supérieure de la peau et les muqueuses des organes génitaux. La transmission de ce virus n’est possible que de personne à personne, l’infection se produisant lors du contact avec la peau ou les muqueuses du patient. Après l’infection, le virus reste dans la peau et les muqueuses, il n’entre pas dans le sang ni dans d’autres organes, c’est-à-dire qu’il peut se transmettre de la peau et des muqueuses à la peau et aux muqueuses et s'y développer.

    L'infection à papillomavirus humain n'est pas seulement transmise sexuellement. L’infection peut ne pas nécessairement se produire pendant les rapports sexuels; l’utilisation d’un préservatif, la virginité, un partenaire sexuel permanent ne sont donc pas une garantie de l’absence de VPH dans le corps.

    Pour les infections à papillomavirus, une évolution latente (latente) est caractéristique, une longue période d'incubation (de l'infection à l'apparition des premiers signes de la maladie peut prendre de 3 mois à plusieurs années). La maladie ne présente aucun symptôme et le virus ne peut être détecté dans l'organisme que par des tests. Pour de nombreuses personnes infectées, le virus cesse d'être détecté dans les 2 ans, même sans traitement. D'autres HPV peuvent vivre longtemps dans le corps, parfois dès la naissance, et se manifester pour la première fois au milieu de la vie en raison d'une diminution de l'immunité. Lorsque cela se produit, l'activation du virus, sa reproduction améliorée et les symptômes de la maladie apparaissent.

    Symptômes de l'infection à papillomavirus humain

    • Verrues génitales

    Les verrues génitales et les papillomes sont plus susceptibles de causer un VPH à faible risque oncogénique. Les condylomes pendant la grossesse sont célibataires et focaux, ils surviennent généralement dans des endroits où les relations sexuelles sont blessées. Chez les femmes, les verrues peuvent être localisées sur les lèvres génitales, chez les hommes - sur la peau du pénis. La taille des éléments varie de 1 millimètre à plusieurs centimètres. En forme, ils ressemblent à un "cockscomb" ou "chou-fleur" et sont situés sur une base étroite (jambe). Les femmes détectent les verrues au toucher pendant le lavage. Avec un grand nombre ou la taille des verrues, ils peuvent être blessés et saigner, interférer avec la vie sexuelle normale, causer un inconfort psychologique. Les démangeaisons accompagnent rarement les manifestations de l'infection à papillomavirus humain.

    Contrairement aux papillomes du caractère tumoral, les papillomes viraux apparaissent, disparaissent et réapparaissent, car leur gravité dépend de l'état des défenses immunitaires du corps. Les papillomes viraux ne diffèrent pas de la couleur de la peau normale et peuvent se développer n'importe où.

      Condylome plat du col de l'utérus - manifestation d'une infection virale chronique de longue date qui a provoqué des modifications des cellules épithéliales du col de l'utérus. Il peut être combiné avec des verrues génitales sur la vulve. Les femmes ayant une longue histoire de VPH sont à risque de développer un cancer du col utérin. Cependant, la présence d'un virus à haut risque dans le corps ne signifie pas nécessairement que la femme contractera une maladie oncologique: d'autres facteurs sont nécessaires pour que les cellules puissent se transformer en cellules malignes. L'âge moyen des femmes présentant les premiers signes de transformation maligne du col utérin est de 30 ans et l'âge moyen des patientes atteintes d'un cancer du col de l'utérus est de 50 ans. Si vous avez trouvé des virus oncogènes, vous devez être examiné régulièrement (une fois tous les six mois).

    Condylome pendant la grossesse

    Les condylomes pendant la grossesse reviennent souvent, ont tendance à augmenter de manière significative, la formation de grandes tailles peut causer des difficultés lors de l'accouchement.

    Il est probable que l'infection initiale par le VPH au cours de la grossesse puisse entraîner une interruption du traitement, mais la question de savoir si une telle infection entraîne des anomalies du développement du fœtus est sans objet.

    Selon différents chercheurs, la fréquence de transmission du VPH de la mère au fœtus varie de manière assez significative - de 4 à 80%. Comment la transmission du virus est-elle inconnue jusqu'à présent? Il est fort probable que le virus pénètre dans le corps de l’enfant par le canal cervical et les membranes fœtales de façon ascendante ou par contact lorsque l’enfant passe dans le canal utérin de la mère. Récemment, l’infection par le VPH au cours de l’accouchement a été associée au développement de la papillomatose du larynx, de la trachée, des bronches et des verrues anogénitales chez les bébés - des verrues dans la région des organes génitaux externes, l’anus. La maladie est assez rare. De plus, ses cas sont décrits chez des enfants nés avec une césarienne. Par conséquent, la présence du VPH et de ses manifestations chez une femme enceinte n'est PAS une indication pour une césarienne. Les indications de césarienne ne peuvent être que la présence de verrues géantes, ce qui rend difficile la naissance par le canal de naissance. Mais de tels condylomes ne surviennent que chez les femmes présentant un déficit immunitaire sévère, tel que le SIDA.

    Après la naissance, le VPH détecté pendant la grossesse n’est le plus souvent pas détecté et les manifestations cliniques se présentant sous la forme de croissances massives sont considérablement réduites ou disparaissent. Il convient de noter que le HPV, détecté pour la première fois pendant la grossesse, n’est en général pas détecté après l’accouchement, c’est-à-dire qu’une auto-guérison spontanée se produit.

    Condylome pendant la grossesse: diagnostic

    La principale méthode de diagnostic est l'examen clinique habituel. Pour confirmer le diagnostic, on utilise une colposcopie (examen de la membrane muqueuse du col de l'utérus et du vagin à l'aide d'une loupe spéciale) et un examen cytologique (un racleur du canal cervical et de la surface du col de l'utérus est prélevé à cet effet). L'examen cytologique - l'étude des cellules du col de l'utérus - ne révèle pas le virus lui-même, mais des modifications des cellules épithéliales du col de l'utérus qui sont caractéristiques de cette infection. L'examen histologique permet de clarifier le diagnostic: il prend un morceau de tissu (biopsie) et non seulement la structure des cellules est étudiée, mais également l'exactitude de l'emplacement de leurs couches. Lorsque la grossesse n'est généralement pas pratiquée, la biopsie.

    Pour déterminer les types de virus et leur risque oncogène, une réaction en chaîne de la polymérase (PCR) est utilisée, qui permet de déterminer les fragments d'ADN de l'agent pathogène.

    Condylome pendant la grossesse: traitement

    Puisqu'une guérison complète de l'infection à papillomavirus humain est actuellement impossible à réaliser (parallèlement à cela, on observe souvent une guérison spontanée), les manifestations du VPH sont traitées et non la présence d'un virus dans le corps. Dans le même temps, l'efficacité des différentes méthodes de traitement varie de 50 à 70% et, dans un quart des cas, la maladie ne se manifeste que plusieurs mois après la fin du traitement. Étant donné la possibilité de résolution automatique des verrues génitales, il est parfois conseillé de ne procéder à aucun traitement. La question de la faisabilité du traitement de chaque patiente enceinte est décidée individuellement. Dans le même temps, il est nécessaire d’éviter les facteurs réduisant l’immunité (hypothermie, stress émotionnel sévère, fatigue chronique, carence en vitamines). Certaines études montrent l'effet prophylactique des rétinoïdes (bêta-carotène et vitamine A), de la vitamine C et des oligo-éléments, tels que les folates, dans le traitement des maladies causées par le VPH.

    Parmi les méthodes de traitement des verrues génitales sont le plus souvent utilisées:

      Méthodes destructives - traitement local visant à éliminer les verrues. Il existe des méthodes de destruction physiques (cryodestruction, thérapie au laser, diathermocoagulation, excision électrochirurgicale) et chimiques (acide trichloroacétique, PERESOL, SOLKODERM), qui permettent de détruire les verrues et le retrait chirurgical du condylome.

    Dans le traitement des femmes enceintes peuvent être appliquées des méthodes destructrices physiques et des préparations d'acide trichloroacétique. Le traitement est effectué en prenant des précautions particulières. Il est nécessaire de prendre en compte le risque d'effets secondaires possibles (saignements et infections secondaires dus à une circulation sanguine altérée, complications toxiques) pendant le traitement et la possibilité de réapparition des verrues après leur élimination.

      Médicaments cytotoxiques - PODOFILLIN, PODOFILLOTOKSIN (KONDILIN), 5-FUTORUZA. Ces médicaments sont classiquement contre-indiqués pendant la grossesse. Par conséquent, les femmes en âge de procréer au moment du traitement recommandent une contraception fiable ou le refus de l'activité sexuelle.

    Méthodes immunologiques. Les interférons (KIPFERON, REAFERON, VIFERON) sont le plus souvent utilisés pour le traitement des infections à HPV. Ils forment une famille de protéines produites par les étiquettes du système immunitaire en réponse à la stimulation virale.

    Les préparations d'immunoglobulines sont utilisées conjointement avec l'utilisation locale de médicaments. Ces médicaments sont activement utilisés en fin de grossesse. Cependant, dans 60% des cas, même un traitement par interféron à long terme ne réduit pas les manifestations de l'infection et n'empêche pas l'infection par le VPH fœtal.

      Antiviraux spécifiques (TSIDOFOVIR, PANAVIR, ALPIRAZIN). Ils ne sont pas utilisés pour traiter les femmes enceintes infectées par le virus du papillome humain, en raison d'effets insuffisamment étudiés sur le fœtus. À propos, le médicament antiviral bien connu ASHOVIR (ZOVIRAX) n’a aucun effet sur le VPH. EPIEEN INTIM-SPRAY et BETADIN ont des effets antiviraux à partir de médicaments locaux (vaginaux), non contre-indiqués chez les femmes enceintes.

    Des essais cliniques d'un vaccin anti-HPV à haut risque oncogène sont en cours. En ce qui concerne la prophylaxie passive, l'utilisation de préservatifs ne protège pas contre l'infection par le VPH et n'affecte pas le cours ultérieur des verrues génitales.

    Infection à papillomavirus humain pendant la grossesse: comment diagnostiquer et traiter

    L’infection par le virus du papillome humain pendant la grossesse est une maladie qui peut entraîner le développement d’un état précancéreux chez la femme enceinte et son enfant.

    Aujourd’hui, vous apprendrez ce qu’est l’infection à papillomavirus humain, ses effets sur la conception, le fœtus et la femme enceinte. Parlons des raisons de son apparition, des méthodes de traitement et de prévention.

    Qu'est-ce qu'une infection à papillomavirus humain?

    Le papillomavirus humain est une maladie infectieuse courante. Dans un cas, ce n'est pas un oeil

    Provoque un impact négatif sur la femme enceinte et le bébé. Et dans l'autre - est une pathologie grave.

    A ce jour, il existe une centaine de types d'infection à papillomavirus humain.

    Les virus oncogènes et non oncogènes de la zone urogénitale sont distingués. Les papillomes sont à l'origine du cancer:

    • HPV à faible risque (faible oncogénicité) - ceux-ci comprennent les sous-types: 6, 11, 42, 43, 44;
    • au risque moyen de risque oncogénique comprennent les types: 31, 33, 35;
    • risque élevé d'oncogénicité est le plus dangereux, et malheureusement
      Une des variations courantes: particulièrement dangereuse pendant la grossesse 16 et 18 ans, ainsi que 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59, 68.

    Les sous-types non spécifiés sont les papillomes non oncogènes.

    Le virus est représentatif des papovirus et contient dans sa composition de l'acide désoxyribonucléique, qui peut être modifié pour un certain nombre de facteurs.

    Des propriétés liées au virus peuvent apparaître à la fois sur la peau et les muqueuses et à l'intérieur du corps. La région de la lésion comprend les organes génitaux externes (lèvres, pubis, entrée du vagin et de sa cavité).

    Au lieu de la manifestation du VPH, la structure du tissu subit des modifications qui se manifestent sous forme de verrue ou de papillome.

    Si le virus appartient à l'oncogène (quel que soit son type), les altérations néoplasiques de la peau sont cancéreuses. Bénin ou malin - dépend de l'accessoire installé.

    Le développement des papillomes se produit dans un contexte d'immunité réduite, ce qui est normal pendant la grossesse.

    Le corps d'une femme enceinte et le fœtus risquent de développer des verrues génitales et des papillomes, provoquant non seulement un inconfort physique, mais également le risque de développer des conditions précancéreuses.

    Le mode de transmission de l'infection est principalement sexuel - les particules virales situées sur les muqueuses des organes génitaux passent d'un partenaire à l'autre, mais la maladie peut ne pas apparaître immédiatement.

    Un autre moyen de transmission - contact-home. Un mécanisme de transmission verticale est également possible (de la mère à l'enfant).

    Impact sur le corps de la femme enceinte et sur le fœtus

    Impact sur la conception

    Le papillomavirus humain onkonessy détecté est une contre-indication relative (temporaire) à la planification de la grossesse.

    Il est capable d'infecter les cellules trophoblastiques, provoquant leur mutation. À leur tour, les cellules mutées provoquent une fausse couche spontanée au début de la grossesse.

    Les trophoblastes contribuent au rejet d'un œuf fraîchement attaché dans la muqueuse utérine.

    Après avoir identifié les causes et éliminé les verrues, il est possible de planifier à nouveau la grossesse.

    Impact du VPH sur le foetus

    Pendant le séjour prénatal, le bébé est protégé des effets négatifs du virus.

    Les papillomes et les condylomes du type établi 16, proches de l'utérus, constituent une menace: le col de l'utérus, le col de l'utérus, le vagin.

    L'enfant, lors de son passage dans le canal génital, "attrape" le virus, qui est localisé dans les bronches du nourrisson.

    En d'autres endroits, l'impact négatif sur le fœtus ne se développe pas.

    Pour la prévention des effets indésirables, la césarienne est recommandée pour les femmes atteintes du VPH.

    Impact sur les femmes enceintes

    La dysplasie locale des muqueuses causée par une infection à papillome est à la base du développement de conditions précancéreuses.

    Selon les recherches, «l'agent causal» du cancer du col utérin est le VPH oncogène.

    En plus des tumeurs d'origines diverses, les condylomes provoquent une sensation d'inconfort. Lors du frottement, les vaisseaux sanguins éclatent, provoquant des saignements.

    Souvent, ils modifient la structure des muqueuses du canal de naissance.

    Des mesures thérapeutiques visant à éliminer les excroissances sont mises en œuvre lors du port d'un enfant, du post-partum et de la planification de la grossesse.

    Raisons

    L’infection au papillome peut durer très longtemps, sans se manifester.

    Environ 90% des personnes sont porteuses du VPH, mais les causes suivantes précèdent l’apparition de la maladie:

    • Diminution de l'immunité pendant la période de gestation;
    • Maladies immunitaires chroniques;
    • Formes aiguës de maladies chroniques;
    • Altération hormonale provoquant des modifications de la structure des tissus cutanés;
    • Pathologies endocriniennes, y compris héréditaires, par exemple, diabète sucré insulino-dépendant;
    • Dommages causés aux verrues, aux taupes et aux taches de naissance;
    • Prise de poids extrême, également en surpoids.

    Toutes les causes de la maladie sont directement ou indirectement associées à une diminution de la fonction de protection du corps.

    Diagnostics

    Il est possible de déterminer la présence de tumeurs lors d'un examen par un gynécologue lors d'une consultation par un vénéréologue.
    Symptômes:

    • Compactage de la peau;
    • L'apparition de formations ressemblant à du chou-fleur;
    • Des démangeaisons;
    • Avec localisation dans la cavité des organes génitaux: inconfort, écoulement médiocre et écarlate.

    Les principales mesures de diagnostic pour la détection de l’infection au papillome comprennent:

    1. Examen microscopique de la muqueuse vaginale.
    2. Examen colposcopique.
    3. Le diagnostic PCR est la principale manipulation diagnostique permettant de déterminer la présence du virus et son affiliation.
    4. Examen histologique - la biopsie obtenue (fragment de tissu de papillome) est soumise à des recherches pour identifier la structure du tissu et déterminer (le cas échéant) les stades du processus oncologique.

    Le diagnostic vise à identifier le VPH et à déterminer son identité. Le type établi permet le traitement nécessaire.

    Traitement

    Le traitement principal est l'élimination des papillomes et des verrues existants. Méthodes d'enlèvement:

    Pendant la grossesse, l'ablation de tumeurs peut nuire à l'activité du travail. La procédure est donc reportée au post-partum.

    Pour réduire les effets négatifs sur le fœtus et la mère, des médicaments sont prescrits:

    1. Onguents et gels antiviraux (Viferon, Acyclovir).
    2. Les remèdes homéopathiques qui n'affectent pas le fœtus, comme Anaferon.
    3. Agents immunostimulants sous forme de suppositoires (suppositoires interferconiques).

    Les procédures de traitement ne commencent pas avant 28 semaines de gestation.

    Le papillomavirus humain en l'absence de manifestation externe n'a pas besoin de traitement.
    La qualité du traitement est affectée par les faits suivants:

    • Antécédents d'infections sexuellement transmissibles;
    • Changement fréquent de partenaires sexuels;
    • Plus de 35 ans;
    • Vie sexuelle précoce.

    Des complications

    Complications possibles des papillomes "non traités":

    • Processus malins oncologiques. Le VPH tardif en l'absence de traitement peut entraîner la mort du patient;
    • Infection secondaire des sites de croissance;
    • Indication pour la césarienne (pas toujours).

    Prévention

    Pour prévenir la maladie est extrêmement difficile, car le virus est présent dans le corps à l'état latent.

    À titre préventif, on utilise des préparations immunostimulantes (homéothérapie), on observe le régime alimentaire de la femme enceinte et des vitamines.

    Il n'y a pas de vaccin contre le VPH.

    Il existe une vaccination "contre le cancer du col de l'utérus", nécessaire pour les filles de moins de 14 ans, mais elle est en cours de développement et d'amélioration.

    Papillomavirus humain pendant la grossesse: danger pour la mère et l'enfant, méthodes de diagnostic et de traitement

    Le VPH - une maladie de nature virale, provoque l'apparition de diverses végétations sur la peau: verrues, papillomes et verrues génitales. En raison du manque d'informations sur le virus, de nombreux mythes et superstitions sont apparus. L'un d'entre eux est le VPH et la grossesse.

    L'infection à papillomavirus est-elle dangereuse pendant la grossesse?

    Une des caractéristiques du virus du papillome est un long séjour latent dans le corps humain. Pendant de nombreuses années, le VPH peut être présent dans les tissus, mais avec une forte immunité, les excroissances sur la peau et les muqueuses n'apparaissent pas.

    Pendant la grossesse, il se produit une immunosuppression physiologique qui empêche le rejet de l’embryon, puis du fœtus du corps de la femme. Le VPH est activé, il y a des formations désagréables.

    Si les végétations se sont déjà formées, les papillomes peuvent augmenter de taille en période gestationnelle ou de nouveaux foyers d’une tumeur bénigne peuvent apparaître. Dans le contexte du VPH, la protection immunitaire est réduite, la femme peut activer d'autres choses: infections virales, bactériennes ou fongiques.

    L'infection de l'enfant ne peut survenir que pendant l'accouchement. Pendant l'accouchement, le virus peut pénétrer dans la gorge du bébé. Danger pour le bébé sont les types oncogènes du virus. Ce sont les souches n os 16, 18, 31. Elles provoquent l’apparition de verrues sur la membrane muqueuse des organes génitaux de la mère.

    Est-il possible de planifier une grossesse avec le VPH?

    La planification de la grossesse avec la présence avérée du papillomavirus n'est pas souhaitable. Lorsqu'un condylome apparaît, vous devez être examiné pour identifier une souche virale, suivre un traitement complet et éliminer toutes les formations.

    Si un type de virus hautement oncogène est détecté, un examen du col de l'utérus est effectué pour identifier les zones de dysplasie, d'érosion et de cancer.

    Ce n'est qu'après la récupération que vous pourrez résoudre les problèmes liés à la conception d'un enfant. Même l'identification d'une souche hautement oncogène ne constitue pas une contre-indication pour une grossesse future ou en cours. Ces patients le médecin sera plus attentif, devra subir des tests supplémentaires.

    Analyse du VPH pendant la grossesse

    Une étude sur le papillomavirus n'est pas incluse dans la liste des tests obligatoires lors de l'inscription d'une femme enceinte à la clinique prénatale.

    Indications pour le dépistage du HPV:

    • l'apparition de condylomes dans les organes reproducteurs, l'anus, le pli périanal;
    • la présence de symptômes d'infection à HPV de type oncogène élevé dans le passé;
    • détection de l'infection du partenaire, la présence de formations sur le pénis;
    • une augmentation du nombre de végétations, leur taille pendant la grossesse;
    • diagnostic complet de dysplasie, néoplasmes suspects sur le col de l'utérus;
    • le désir du patient d'être examiné.

    L'étude est menée de toute manière pratique et accessible pour le patient. Il peut s’agir d’un test ELISA dans lequel des anticorps anti-papillomavirus sont détectés. Le matériel d'étude est le sang capillaire ou veineux. Les résultats seront prêts dans 7 à 8 jours.

    Les méthodes standard et précises sont le test DIGENE et l'analyse PCR avec isolement de l'ADN du virus. Dans ce cas, il est nécessaire de prendre le frottis habituel sur la chaise: écorcher l'urètre, le vagin, la paroi du col de l'utérus. Le résultat est prêt dans la journée.

    Dans les résultats d'analyse, on notera le fait de l'infection par le papillomavirus, son type, la charge virale est indiqué. Si l'infection est absente, les manifestations externes de la papillomatose ne sont pas détectées, il n'y a aucune indication pour le test de dépistage du VPH. Il n'y a pas besoin de vérifier.

    Méthodes d'élimination des papillomes et de traitement du VPH

    La maladie est traitée par un gynécologue, le partenaire est un urologue ou un andrologue, un dermatovénéréologue. La pharmacothérapie n’est pas pratiquée, il est interdit d’utiliser la plupart des antiviraux pendant la période de gestation.

    En attendant l'enfant, l'ablation des condylomes est réalisée sur les muqueuses des organes reproducteurs, dans l'urètre, dans le sillon périanal. Si une érosion, une dysplasie des tissus du col ou du canal cervical est détectée, une observation dynamique est montrée - les mesures thérapeutiques sont retardées jusqu'à l'accouchement.

    Il est souhaitable de retirer les condylomes pendant la grossesse après la 28e semaine de la période de gestation. Des méthodes à l'efficacité prouvée:

    • cryodestruction avec de l'azote liquide;
    • thérapie au laser;
    • méthode des ondes radio.

    L'élimination des tumeurs bénignes est effectuée en ambulatoire avec l'utilisation de médicaments pour l'anesthésie locale. Le traitement des papillomes avec des fluides agressifs tels que "Fresol", "Super Cleaner" sur les muqueuses pendant la grossesse est interdit. Ces médicaments peuvent causer des brûlures aux tissus.

    L'électrodestruction n'est pas effectuée. Cette procédure provoque un inconfort même lors de l'application d'une anesthésie locale. Il existe un risque de brûlure aux tissus des organes reproducteurs.

    En cas de croissance importante des papillomes, une intervention chirurgicale à grande échelle est indiquée. L'intervention est réalisée sous anesthésie générale. La décision sur la nécessité d'un traitement chirurgical pendant la grossesse est prise par le gynécologue en collaboration avec le chirurgien.

    Effet du VPH sur le foetus

    Le virus ne pénètre pas dans l'utérus et ne cause pas d'infections intra-utérines. Le diagnostic de HPV 31 et de la grossesse sont des concepts compatibles. La naissance d'un enfant en bonne santé ne dépend que du désir de la femme de continuer à porter, de suivre les recommandations des médecins.

    Au stade actuel de développement de la médecine prouvé:

    1. L'infection pendant la grossesse ne constitue pas une menace pour le fœtus. Le virus n'affecte pas le fœtus, ne pénètre pas dans l'utérus.
    2. Le VPH n'a pas d'effet mutagène ni tératogène.
    3. Le virus ne provoque pas de fausse couche, de mort fœtale, n’affecte pas le début du travail.

    Seules les souches oncogènes présentant une dysplasie des tissus cervicaux et des affections précancéreuses du système reproducteur sont dangereuses. Les conséquences pour l’enfant atteint de VPH pendant la grossesse sont minimes, la patiente sera examinée de près par des médecins et donnera naissance par césarienne.

    Les implications pour les femmes sont plus importantes. Dans le contexte de l'infection, il y a une diminution de la défense immunitaire globale de l'organisme, des maladies chroniques peuvent s'aggraver, une flore pathogène conditionnelle est activée. Les verrues génitales sont accompagnées de démangeaisons, de douleurs et de brûlures aux organes reproducteurs.

    Conséquences et pronostic

    Avec la bonne gestion de la grossesse, le traitement de la maladie, l'élimination des formations, il n'est pas nécessaire de s'attendre à des conséquences négatives pour l'enfant, à des complications lors de l'accouchement.

    Le pronostic et les conséquences pour une femme dépendent de la souche qui a provoqué l'apparition de tumeurs. Si un type de VPH faiblement oncogène est détecté, la verrue doit être enlevée et continuer à mener une vie normale, et des mesures doivent être prises pour améliorer la défense immunitaire du corps. Après l'accouchement, vous devriez consulter votre médecin 2 fois par an.

    Si un virus hautement oncogène est détecté, c'est la raison d'un examen approfondi. Avec un épithélium du col utérin inchangé, aucun signe de dysplasie, il est recommandé, après l'accouchement et l'allaitement, de suivre un traitement antiviral. Si des condylomes sont trouvés dans le vagin, sur le col de l'utérus, une césarienne peut être préférable pour les indications cumulatives. Cela évitera une éventuelle infection de l'enfant.

    Après l'accouchement, une observation dynamique prolongée par un gynécologue est montrée. Lorsque des signes de dégénérescence épithéliale apparaissent, l'ablation chirurgicale du tissu affecté est recommandée. La chimiothérapie et la radiothérapie ne sont indiquées que lorsque le caractère malin des formations est confirmé.

    Le papillomavirus est un agent pathogène dangereux. Mais beaucoup vivent avec lui toute sa vie, naissent, donnent naissance à des enfants en bonne santé. Vérifier la présence d'une infection est plus facile au stade de la planification de la grossesse. Si le VPH est déjà diagnostiqué pendant la période de gestation, ce n'est pas une raison pour un avortement d'urgence.

    Une Autre Publication Sur Les Allergies

    Méthodes de traitement de l'acné au manganèse: recettes utiles

    Le traitement de l'acné à l'aide de permanganate de potassium laissera un court instant se débarrasser d'un problème esthétique désagréable sous la forme d'acné et d'autres types d'inflammation de la peau.


    Comment traiter une brûlure à la maison que pour soulager la douleur

    Les brûlures sont appelées dommages à l'intégrité de la peau ou des muqueuses sous l'influence de l'eau bouillante, d'une flamme nue, du fer chaud, de produits chimiques ou de l'huile bouillante.


    Pityriasis versicolor: pourquoi il apparaît, quoi et comment traiter

    Tinea versicolor versicolor versicolor est l'une des formes les plus courantes de kératomycose. La kératomycose est une infection fongique de la peau qui affecte la couche supérieure de l'épiderme - cornée.


    Des escarres chez des patients alités que pour soigner à la maison?

    Transition rapide sur la pageLes escarres sont des zones de nécrose tissulaire résultant d'une altération de la circulation sanguine. Ce problème survient généralement à la suite d'un contact prolongé du corps humain avec une surface solide.