Infection à papillomavirus humain chez les femmes et les hommes

Chez les femmes et les hommes, les symptômes de l’infection au papillomavirus humain se manifestent par la formation de verrues sur les muqueuses, les paupières ou la région anogénitale. La maladie est causée par le virus du papillome humain (VPH), appartient à l'infectieuse, est sexuellement transmissible. Les patients peuvent être porteurs d'une maladie virale, mais cela n'apparaît pas. Le risque d'infection secondaire est d'augmenter le risque de risque oncogénique.

Qu'est-ce qu'une infection à papillomavirus humain?

On entend par maladie du papillomavirus humain une communauté de virus appartenant à la famille des papillomavirus. Le papillomavirus humain comprend 5 genres et 27 espèces. L'infection humaine est connue depuis longtemps par sa manifestation caractéristique - les verrues et les maladies oncologiques. En fonction du degré de dangerosité, l’infection est divisée en virus à risque d'infection faible, moyen et élevé. La tumeur à papillomavirus nécessite un traitement, car la reproduction de l'ADN de l'agent pathogène est réalisée dans les cellules de l'épiderme.

Comment est-il transmis

Le papillomavirus humain se transmet par contact. Il existe plusieurs manières de pénétrer dans le corps humain:

  1. Les virus sont transmis lors de contacts sexuels entre partenaires, qui se traduisent par la suite par des verrues génitales.
  2. Dans certains cas, le contact avec la zone touchée suffit à infecter le VPH, en particulier le risque augmente si la personne qui la touche a des égratignures ou des abrasions à proximité de la zone de contact.
  3. Le virus de la maladie du papillome humain présente un danger: le virus est capable de maintenir le danger hors de la portée d'une personne pendant une courte période, ce qui provoque une infection dans les lieux publics (piscine, gymnase).
  4. La papillomatose laryngée peut survenir chez un nouveau-né en raison d'une infection pendant le travail, la même raison affecte la propagation des verrues génitales chez les bébés.
  5. Il y a un risque d'auto-infection (infection par le VPH lors du rasage, de l'épilation).

Les symptômes

Une fois ingérée, l’infection peut ne pas être ressentie longtemps par des manifestations visibles de la nature du papillomavirus humain. En même temps, le virus se crée activement une base de vie, infectant de nouvelles cellules et provoquant une dysplasie du col de l'utérus ou d'autres tissus, qui est la cause du cancer. La durée moyenne de la période d'incubation est de 6 mois, parfois un an, après quoi une ou plusieurs excroissances bénignes ressemblant à une tige de chou-fleur apparaissent sur la peau des muqueuses.

Chez les femmes

Le principal danger d'infection pour les femmes est que le virus peut causer le cancer du col de l'utérus. Par conséquent, l'apparition de symptômes du virus tels que la formation de verrues génitales au niveau du périnée, au niveau des parties génitales, devrait être un signal signalant la consultation d'un spécialiste. Parfois, les néoplasmes peuvent également se manifester par des démangeaisons et des ulcérations, qui s'accompagnent d'une odeur désagréable. L'étude identifie les cellules atypiques de l'épithélium cervical, symptôme d'infection. Les verrues planes indiquent également la présence d'un virus dans le corps.

Chez les hommes

Le symptôme le plus caractéristique de l'infection est la formation de verrues génitales sur le pénis, la peau du scrotum, du périnée. À l'extérieur, les tumeurs sont des nodules cutanés qui provoquent des démangeaisons et des brûlures. Parfois, des tumeurs peuvent apparaître à l'intérieur de l'urètre. L'apparition de verrues planes (sur le visage, les mains et d'autres parties du corps) est un symptôme de l'infection virale.

Raisons

La maladie est très contagieuse et peut être transmise dès le premier contact sexuel. La tendance aux maladies catarrhales, l'herpès récurrent, l'infection à cytomégalovirus indiquent une prédisposition à l'apparition de la maladie. L'avitaminose et la carence en acide folique augmentent le risque d'infection. Les personnes du groupe de risque principal sont les suivantes:

  • avec une performance réduite du système immunitaire;
  • mener une vie agitée;
  • femmes atteintes de pathologie cervicale / débuts sexuels précoces.

Grossesse et infection au papillomavirus humain

Conduit souvent à une rechute de la maladie grossesse. Le nombre de verrues augmente, elles acquièrent une consistance lâche. Les mêmes tendances sont inhérentes aux verrues planes. La présence de verrues sur les organes génitaux peut entraîner une infection du nouveau-né lors de l'accouchement. L'infection à papillomavirus se produit lorsqu'un nouveau-né est inhalé. Cela conduit à l'apparition de verrues sur les cordes vocales du bébé (condylomatose du larynx). Des verrues multiples sur les organes génitaux peuvent provoquer une césarienne et éviter ainsi le risque d'infecter un enfant.

Diagnostics

La médecine moderne a accumulé dans son arsenal plusieurs méthodes efficaces pour diagnostiquer la détection de cellules virales, ce qui nous permet de conclure que l'infection se produit dans le corps:

  1. colposcopie;
  2. cytologie des frottis cervicaux;
  3. examen histologique;
  4. typage par réaction en chaîne de la polymérase (PCR);
  5. Test digène-peau;
  6. examen par un spécialiste des manifestations cliniques;
  7. colposcopie pour la détection de la koilocytose.

Analyse de l'infection à papillomavirus humain chez la femme

Le diagnostic de l'infection chez les femmes est particulièrement important, car les études cliniques ont confirmé un lien clair entre le virus et le cancer du col de l'utérus. À cet égard, la priorité dans le diagnostic donné à la méthode à haute valeur diagnostique: PCR. Cela aide non seulement à identifier l'infection, mais aussi à tirer une conclusion sur le degré de risque de cancer. Frottis cervicaux productifs et de recherche. Pour une analyse complète, le médecin peut décider de la nécessité d'une biopsie du col de l'utérus.

Traitement de l'infection à papillomavirus humain

Si les symptômes d'infection à HPV chez les femmes ou les hommes sont déjà apparus ou si l'agent pathogène a été détecté de manière asymptomatique dans le corps, un traitement est nécessaire. Il vise à éliminer les verrues et à créer des conditions préjudiciables au virus et à son développement. Les principales méthodes de traitement du VPH en gynécologie sont les suivantes:

  1. Traitement médicamenteux - prendre des médicaments immunostimulants pour supprimer les conditions favorables au développement du virus.
  2. Ablation chirurgicale des papillomes - comprend plusieurs méthodes destructives d'élimination des excroissances, qui se distinguent par leur efficacité et la fréquence des rechutes.
  3. Méthodes folkloriques - aider aux stades initiaux autres que la chondrite.

Préparations

En thérapie médicamenteuse utilise des médicaments spéciaux pour le traitement de l'infection à papillomavirus humain. Ceux-ci n'incluent pas l'acyclovir et le ganciclovir, capables de supprimer la réplication du virus de l'herpès simplex, et les antibiotiques. Les médicaments sont répartis dans les groupes suivants:

  1. Immunomodulateurs - Isoprinosine (complexe d'inosine et sels de diméthylamine), Viferon. Les médicaments sont disponibles sous forme de comprimés ou de solution, ont un puissant effet stimulant et antiviral. Ils augmentent la capacité fonctionnelle des lymphocytes cytotoxiques. Pour le traitement des petites verrues génitales, deux comprimés sont pris trois fois par jour pendant 14 à 28 jours, avec le traitement de plusieurs verrues à papillomavirus ou verrues planes, le traitement est prolongé.
  2. Médicaments immunologiques - utilisation d'interféron de différentes classes. Les agents réduisent la quantité d’ADN viral dans les foyers, où les virus causent des lésions. La dose est de 100 à 500 000 UI en 3 à 6 procédures. Appliquer des médicaments sous le papillome, en combinant avec l'utilisation de pommades. L'application systémique aide à éliminer les croissances de près de 100%.
  3. Vaccination - Lorsque le VPH est détecté chez un patient de moins de 26 ans, il est recommandé de s’enraciner pour un éventuel cancer du col de l’utérus avec les vaccins Gardasil ou Cervarix. Les médecins disent que les vaccins ont un effet préventif, mais il n’existe aucune donnée sur la manière dont ils affectent l’élimination du virus.

Traitement chirurgical

Traiter l'infection à papillomavirus meilleures méthodes chirurgicales. Ils visent à la destruction de formations:

  1. Cryothérapie - élimination des condylomes à l'azote liquide. L'outil est appliqué localement sur la zone à problèmes, le gel se produit, l'accumulation disparaît avec la formation d'une plaie. Elle guérit en quelques semaines.
  2. Diathermocoagulation - destruction de formations par hautes températures. La pré-peau est anesthésiée. La méthode est bon marché, mais est associée à des facteurs de risque de cicatrices.
  3. Retrait du laser - exposition au faisceau de verrues. La croissance de la peau s'évapore, une croûte sèche reste. La méthode est rapide, a une guérison simple et convient à éliminer les excroissances de toute taille.

Traitement des remèdes populaires

Aux premiers stades de la détection du VPH ou pendant la grossesse, le traitement d'une infection par le papillomavirus humain chez la femme est effectué à l'aide de remèdes populaires. Ils peuvent également être utilisés chez les enfants, mais uniquement sous la surveillance d'un médecin. Méthodes populaires:

  1. Une cuillère à thé de la collection d'origan, de prêle, de baies de genièvre, de millepertuis et de mélisse dans un rapport de 4: 3: 5: 4: 2 infusé sous forme de thé sans sucre. Prenez une demi-tasse 2 à 3 fois par jour pour un cours de 2 à 3 semaines.
  2. La poudre avec un mélange de talc et de résorcinol est appliquée dans des proportions égales toute la nuit, après le matin, elle impose des applications de phythorine (à base de camomille, calendula, achillée millefeuille, kalanchoe et aloès). Le cours dure 2-3 semaines.
  3. Applications à partir d'un mélange d'acide borique, d'iode, d'aspirine ou d'ammoniac dans un rapport de 2: 2: 3. La procédure est effectuée une fois par jour la nuit et est répétée pendant cinq semaines.

Prévention

En respectant les règles de prévention, il est possible de réduire le risque de maladie à papillomavirus. Ces mesures comprennent:

  • détection rapide des foyers de pathologies, examen régulier et dépistage chez le médecin;
  • Vaccination contre le VPH;
  • contraception correcte;
  • renforcement de l'immunité;
  • mode de vie sain, bonne nutrition, exercice régulier.

Traitement de l'infection à papillomavirus humain chez l'homme et la femme

Avec la propagation des infections virales génitales, de plus en plus de personnes sont confrontées, de sorte que la question du traitement de l'infection par le papillomavirus humain devient de plus en plus d'actualité. En raison de la nature complexe des virus, ces maladies entraînent un certain nombre de difficultés pour le contrôle et le traitement. Le plus souvent, lors du diagnostic et de l'examen des zones génitale et anale, les médecins détectent l'herpès et les infections à HPV. Cet article est consacré à la connaissance des méthodes de traitement des patients (hommes et femmes) atteints de lésions anogénitales causées par le VPH (virus du papillome humain).

Qu'est-ce qu'une infection à papillomavirus humain?

Cette maladie appartient au groupe des maladies infectieuses chroniques. Dans la majorité des cas, les lésions sont localisées sur la peau et les muqueuses, tandis qu’il existe une inflammation de longue durée de la région et la formation de papillomes. Actuellement, la médecine a étudié plus d'une centaine de souches différentes de HPV, toutes à un degré ou un autre, endommageant la peau et les muqueuses. Les voies de transmission du virus du papillome humain sont domestiques (infection par les objets les plus courants après contact avec une zone ouverte sur la peau - écorchures ou égratignures - avec des surfaces infectées) et génitales.

L’infection par le virus du papillome humain n’est pas seulement désagréable avec les verrues ou condylomes laids, elle peut aussi présenter un certain danger pour l’homme, car certaines souches du virus provoquent le cancer des organes génitaux chez les hommes et les femmes. Lors de la détection de la présence d'une infection à papillomavirus humain dans le corps, des mesures sont prises pour détecter l'ADN de micro-organismes étrangers chez un patient. Le traitement de la maladie consiste en l'élimination mécanique des tumeurs de la peau, ce qui augmente la fonction de protection du système immunitaire.

Dans les buts prophylactiques, la vaccination contre l’infection à papillomavirus humain est montrée à la population, cette procédure s’avérant être la plus efficace en termes de prévention de l’infection.

Classification de l'infection à papillomavirus humain

Selon le travail de J. Handley, les lésions dues au VPH comprennent les formations suivantes:

- divers excroissances sur la peau (verrues anogénitales et vulgaires, verrues génitales);

- développement de tumeurs bénignes intraépithéliales symptomatiques (verrues planes);

- tumeurs intraépithéliales asymptomatiques non accompagnées de dysplasie;

- formes latentes dans lesquelles aucun changement dans les tissus et un dysfonctionnement de l'appareil génétique des cellules ont été détectés, mais l'ADN du virus a été détecté.

La tâche principale dans le traitement du VPH anogénital est l’élimination des foyers de lésion papillomavirus par la méthode la plus appropriée, ainsi que la stimulation du système immunitaire pour lutter contre les microorganismes étrangers, ou la combinaison de plusieurs approches thérapeutiques. Toutes les mesures visant à traiter les verrues sont divisées en groupes distincts.

Variétés d'infection papillomateuse sur les organes génitaux, croissance exophytique

Méthodes de traitement des verrues anogénitales

- Méthodes destructives (mécaniques). Parmi eux, il en existe deux types: physique et chimique. Les premiers comprennent: l'ablation chirurgicale (excision), le traitement par le froid (cryothérapie), l'effet électrochirurgical, la thérapie au laser. Le deuxième groupe comprend: l'utilisation de médicaments destinés à arrêter la croissance de verrues (acide nitrique et trichloroacétique, solkoderme).

- Thérapie avec l'utilisation de cytotoxines qui déclenchent le processus d'autodestruction des cellules. Podofilline assignée, podofillotoksine, 5-fluorouracile.

- Méthodes immunologiques. Traitement par interféron alpha, bêta et gamma.

- La combinaison de plusieurs méthodes.

Lors de l’élimination des lésions dues au VPH, une combinaison de méthodes destructrices physiques et chimiques est préférable, l’utilisation de cytotoxines, qui incluent également la destruction des foyers endommagés, une immunité générale et locale accrue, ont également un effet positif.

En choisissant le traitement nécessaire pour le patient, le médecin doit se concentrer sur quatre points plus importants:

- quelle sera l'efficacité du traitement pour la pathologie identifiée;

- combien de fois les rechutes se produisent après la nomination de procédures ou de médicaments;

- degré de tolérance (nombre d'effets secondaires);

- facilité de manipulation.

Méthodes destructrices physiques pour éliminer les papillomes

La principale différence de ce traitement réside dans le fait que, lorsqu’elle est exposée au site, les tissus affectés sont immédiatement détruits. Lorsqu’il utilise d’autres méthodes, un certain délai est nécessaire pour obtenir le résultat. Les papillomes peuvent donc rester sur la peau quelques heures ou quelques semaines après le début du traitement. Cependant, la guérison de la zone après exposition à des méthodes physiques ne prend pas moins de temps. Dans la littérature médicale, il est dit que la probabilité de rechute n’est en aucun cas liée au choix de la méthode de traitement, d’où la conclusion selon laquelle les avantages des méthodes mécaniques ont une importance mineure. Il est à noter que leur utilisation nécessite des salles spéciales dotées d'équipements coûteux, un personnel capable de les utiliser et des procédures de certification. Toutes ces difficultés rendent les méthodes destructrices pratiquement impossibles dans les conditions de petite taille des centres médicaux, où l’espace est réservé uniquement aux dermatovéréologistes, aux gynécologues et aux urologues. Ainsi, le médecin doit rechercher d'autres moyens et recourir à des méthodes de traitement conservatrices.

Méthodes destructives chimiques d'élimination des papillomes

Des solutions concentrées d'acides, d'alcalis et d'autres produits chimiques sont utilisées pour mettre en œuvre le traitement. Par exemple, le pheresol, le peroxyde d'hydrogène, l'acriquine et la hingamine sous forme liquide peuvent être utilisés comme médicaments, notamment les acides salicylique, lactique, acétique, nitrique, la sève des plantes herbacées - thuja, chélandine. Il est à noter que l’impact de tous ces médicaments est difficile à prévoir, tout en prévoyant des effets secondaires possibles. Il existe très peu d'études à part entière fournissant des statistiques. Cependant, il existe un certain nombre de médicaments dont l’application est plus ou moins claire. Ainsi, des médecins étrangers et des experts nationaux, sans préoccupations particulières, prescrivent de l'acide trichloracétique et de l'acide nitrique. En plus de cela, un médicament contenant de l'acide est utilisé - le solkoderme.

Élimination des papillomes des acides trichloroacétique et nitrique

Quant au premier des médicaments (THU), il devrait être dans une concentration de 80-90% dans le traitement du VPH. Après application, cela conduit à une nécrose locale (mort) des cellules nouvellement formées. De même, une solution d'acide nitrique. Cette méthode destructive est très populaire en raison de son faible coût et de sa facilité d’utilisation.

Les indications de rendez-vous sont les condylomes des organes génitaux externes de la femme et de la tête du pénis masculin. L'exposition acide est également appropriée pour les contre-indications à l'utilisation de méthodes cystotoxiques ou au traitement au laser. De plus, avec prudence et uniquement dans les cas extrêmes, le TCA est prescrit pour la détection des papillomes vaginaux et urétraux. Le pourcentage d'efficacité de tels médicaments atteint 70-80. Un tiers des patients après le traitement souffrent d'ulcères et de trempage.

Enlèvement des papillomes solkoderm

Solution aqueuse à usage externe, les composants actifs sont les produits de décomposition de plusieurs acides organiques - oxaliques, acétiques et lactiques, ainsi que d’acide nitrique et d’ions métalliques. Le médicament se démarque de manière significative par rapport aux autres médicaments utilisés lors de l’utilisation de méthodes de traitement destructives. Solkoderm caractérisé par les propriétés et le mécanisme d'action suivants:

- conduit à la fixation instantanée du tissu;

- n'agit que sur le domaine d'application;

- la zone endommagée change de couleur immédiatement après le traitement par la solution;

- le tissu, dont le développement est suspendu, subit un processus de momification - il sèche et s'assombrit;

- le tissu nécrotique résultant est rejeté indépendamment.

Dans ce cas, la solkoderme entraîne rarement des complications (infection ou cicatrisation) et la période de cicatrisation du site est courte. Le traitement ne nécessite pas de conditions et d'équipements spéciaux, il est donc effectué en ambulatoire. Il est prescrit pour les verrues génitales de toute localisation, une application ponctuelle de la solution est suffisante.

Médicaments cytotoxiques pour éliminer les verrues génitales

Podofilline

Court - PF. La préparation est faite à partir d'un extrait obtenu à partir des rhizomes de P. pelatum et de P. emodi. Pour se débarrasser du VPH, on utilise une solution à 10-25%, combinée à de l’éthanol ou de la teinture de benjoin. Souvent utilisé dans le traitement des médecins du Royaume-Uni. Le mécanisme d'action consiste à communiquer avec l'appareil microtubulaire cellulaire et la suppression de la division (mitose), ce qui arrête le transport des acides nucléiques, inhibe la synthèse de l'ADN et bloque la reproduction des tissus. En Russie, la podofilline n'a pas été enregistrée. Certains auteurs sont sceptiques quant à la drogue et mettent en garde contre l'utilisation non autorisée. Donc, Pedersen et al. appelle PF extrait de plante grossièrement purifié, la médecine étudiée ne suffit pas. Les auteurs affirment que dans une solution à 20% de PF, les flavonoïdes mutagènes, la quercétine et le kémférol occupent une dixième partie; il est donc permis d’utiliser uniquement de la podofilline hautement purifiée. En ce qui concerne les patients, le PF ne devrait être autorisé à s’appliquer qu’après clarification préalable.

Podophyllotoxine

Une substance considérée comme la plus active et qui représente une fraction de la podophylline décrite ci-dessus. La forme de libération varie - il peut s'agir de solutions de différentes concentrations (0,25%, 0,3% et 0,5%) ou d'une crème pour application externe de 0,15%, 0,3% et 0,5%. Les deux formes de podophyllotoxine (PPT) sont autorisées dans la Fédération de Russie. Il s'avère attrayant en raison de la possibilité d'utilisation par les patients eux-mêmes et se distingue par une sécurité suffisante. Le traitement dure 4 à 5 semaines. Durant cette période, il est présenté deux fois tous les trois jours consécutifs.

L'efficacité varie en fonction du sexe du patient. Les résultats positifs sont de 26 à 87% pour les hommes et de 50 à 77% pour les femmes. Cependant, dans les études qui parlent de tels pourcentages, il est dit que la période d'observation pour les patients était différente et que les travaux sur la correction des rechutes n'ont pas été effectués. Hendley note la libération de papillomes seulement dans 30 à 40% des cas, Bonnez et encore moins - seulement dans 29%, selon Wang, le nombre est de 86,5% et Kinghorn et al. - 86% (auditoire masculin) et 72% (patientes). Les statistiques de Syed montrent que les rechutes sont possibles dans 5,5% des antécédents du patient si une solution de 0,3% était utilisée et dans 51% lorsqu'une crème de 0,3% ou 0,5% était appliquée, von Krogh affirme que 38% utilisent une solution 0, 5%, Wang - environ 17%, et Hellberg, environ 23% (au rendez-vous de la crème 0,5%).

Parmi les effets secondaires figuraient des réactions inflammatoires locales (57% des cas), un érythème (48%), des douleurs (47%), des démangeaisons (44%), un petit trempage et des ulcères (39%). Aucun effet secondaire permanent n'a été constaté, mais il est toujours souhaitable de limiter la quantité de 0,2 ml de PFT à une utilisation.

Handley estime que le TFL est indiqué pour les verrues non congénitales, qui sont en petit nombre et situées sur les organes génitaux externes des hommes et des femmes. Il est indiqué que le médicament ne produit pas l'effet souhaité lorsqu'il est appliqué sur le vagin, l'urètre, la zone périanale. Les inconvénients de la podophyllotoxine sont son prix élevé, son utilisation à long terme et son efficacité peu impressionnante.

5-fluorouracile

Un autre médicament du groupe des cytotoxines est le 5-fluorouracile (5-FU), qui est basé sur une perturbation de la synthèse de l'ADN cellulaire et viral. En cas de traitement médicamenteux, le VPH est utilisé comme crème à 5%. Handley classe le 5-fluorouracile comme traitement efficace des papillomes et des condylomes intravaginaux du dos de l'urètre.

Dans le premier cas, le 5-FU est appliqué une fois par nuit pendant 1 semaine ou, selon le schéma, 1 fois sur 7 jours pendant deux mois et demi. Son efficacité est élevée, atteignant 85 à 90%, mais les effets secondaires ne sont pas exclus - un mouillage, une érosion, pouvant entraîner une forme grave de dermatite de contact suintante. Chez les hommes, la crème est utilisée la nuit, immédiatement après la miction, sa durée est de 3 à 8 jours. Un résultat positif dans le traitement des verrues est observé dans 90 à 95% des cas. Mais encore une fois, il n'y a pas eu d'effets secondaires, parmi lesquels un rétrécissement des vaisseaux et du canal urinaire de l'urètre, une altération du débit urinaire, des ulcères.

Les médecins utilisent le 5-FU extrêmement rarement, bien que cela coûte relativement peu cher, mais cela a trop de conséquences indésirables. De plus, la crème ne peut pas être utilisée pendant la grossesse.

Comme mentionné ci-dessus, la méthode de traitement est considérée comme efficace en l'absence de rechutes. Si nous gardons à l’esprit le VPH, la récurrence de la maladie n’est pas associée au choix de la méthode destructive (mécanique). Pour cette raison, il est utile de se référer à un autre groupe de méthodes conservatrices - la thérapie avec des médicaments immunitaires, qui peuvent être prescrits indépendamment ou en combinaison avec d’autres schémas thérapeutiques.

Traitement immunologique des papillomes

Utilisation d'interféron (IF)

Puisque le VPH est capable de persister dans les cellules épithéliales et que les méthodes mécaniques n'excluent pas la survenue de rechutes, il est logique de prescrire des interférons. La monothérapie étant indiquée, ils ont également souvent recours à des médicaments de ce groupe pour un traitement combiné.

Les IF sont des protéines d'origine interne impliquées dans la biorégulation et capables de produire des effets antiviraux, antiprolifératifs (empêchant la croissance des tissus) et immunomodulateurs. Tous les interférons sont divisés en trois groupes principaux: leucocyte, fibroblastique, lymphocytaire ou O ± -IF, OI-IF, Oi-IF, respectivement.

Les méthodes d'utilisation du médicament sont également différentes, une application locale est autorisée, une utilisation intraoculaire et systémique (administration intramusculaire ou intraveineuse). Après l’administration de l’IF, l’effet est de réduire la concentration d’ADN viral, ce qui entraîne une amélioration du tableau clinique et une restauration ultérieure des tissus sains.

De nombreuses études sur les effets de la FI sur le corps humain ont montré que l’utilisation externe du médicament n’apportait que peu d’avantages. Certains experts reconnaissent la nécessité d’utiliser les interférons de la même manière que lors de l’identification de foyers d’infection au VPH susceptibles de perturber le fonctionnement du corps ou en présence de tumeurs intraépithéliales, y compris dans les cas où leur augmentation est causée par des virus à risque oncogénique élevé.

Divers auteurs indiquent qu'avec l'administration intramusculaire ou sous-cutanée d'interférons du groupe alpha à une dose de 1,5 à 3 millions d'UI, une élimination complète des papillomes a été enregistrée chez 11 à 100% des patients.

Parmi les effets secondaires de l’utilisation prolongée du FI, divers phénomènes pseudo-grippaux apparaissent, dont la gravité varie en fonction de la posologie utilisée. Afin d'éviter une telle action ou de l'affaiblir, des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens sont pris.

En monothérapie systémique, les IP sont extrêmement rarement recommandées. Premièrement, il est assez difficile de prédire les avantages du traitement et, deuxièmement, son coût est assez élevé. Pour ces raisons, cette méthode n'a pas trouvé d'application pratique généralisée.

Un groupe de chercheurs a rendu compte de l'efficacité de l'utilisation intra-focale des interférons O ± et OI. Des succès ont été observés dans 35 à 62,5% des cas - les verrues ont progressivement disparu et cela concernait à la fois les papillomes exposés et ceux qui n'étaient pas affectés. Il est à noter que le traitement intra-focal de la verrue plate O ± -IF résistante au traitement peut donner de bons résultats. Lors de l'utilisation du médicament à la dose de 1 million d'UI intra-papillomes, 78% des patients n'avaient pas eu 4 mois après le traitement.

En Russie, les interférons peuvent être achetés à la fois en production nationale et étrangère. Parmi eux se trouvaient: Viferon, Intron A, Reaferon, Realdiron, Kipferon et d’autres. Il est préférable d’accorder la préférence aux médicaments obtenus par génie génétique plutôt qu’aux humains.

Certaines données indiquent que l'utilisation d'inducteurs de IF en monothérapie a un effet positif. En particulier, il s’agit de l’utilisation du médicament - l’imiquimod, qui est un inducteur des cytokines et des groupes interféron alpha. Appliquez le médicament trois fois par semaine ou tous les jours la nuit sous forme de crème à 5%. L'application continue jusqu'à l'élimination complète des papillomes, mais pas plus de 4 mois. Le succès a été obtenu chez 56% des patients, si l'application était réalisée selon le premier schéma, dans le second cas, l'effet était observé chez 71%. Il existe également des signes de diminution du nombre d'éruptions cutanées chez 50% des personnes. Le pourcentage total d'efficacité du médicament est donc de 81-93. La récurrence de la maladie (recherche de patients tout au long de l'année) a été enregistrée dans 13 à 19% des cas. Cependant, l’acier imiquimod fréquemment utilisé est la rougeur, l’apparition d’un œdème, l’érosion. La crème est indiquée pour l'infection subclinique à papillomavirus. En Russie, le médicament n'est pas enregistré.

Traitement complet de l'infection à papillomavirus humain

La plupart des experts indiquent qu'il est très raisonnable d'utiliser les interférons, leurs inducteurs et les stimulants d'immunité en tant que thérapie supplémentaire prescrite lors de la mise en œuvre de méthodes destructives. L'impact sur les mécanismes immunitaires réduit le risque de récidive. Une attention particulière est également portée au traitement d'association lors de l'élimination des papillomes tenaces et peu sensibles à l'élimination des papillomes. Il existe maintenant un certain nombre de techniques visant à combiner des médicaments immunitaires et d'autres méthodes - cryothérapie, électrocoagulation, solcoderme, etc.

Ainsi, des données sont présentées sur l'utilisation de l'IF avec la thérapie au laser, qui est plus efficace (succès dans 52 à 81,5% des cas) que l'un de ces traitements nommés (progrès dans 19 à 61%). La procédure d'excision au laser CO2 du site et la nomination de petites doses d'interféron alpha (1 à 3 millions d'UI une fois par jour pendant une semaine avec des interruptions d'un mois et un cycle 3 à 4 fois) entraînent la disparition des verrues et réduisent le risque de leur réapparition. Si le but de la thérapie est de supprimer les verrues génitales, le complexe (thérapie au laser ou électrocoagulation + un mois d'utilisation d'un gel avec des interférons bêta à une dose de 0,1 million d'UI / g 5 fois par jour) devient un bon moyen d'éviter les rechutes.

Le groupe d’étude collaborative de Condylomata International indique que l’élimination de toutes les verrues visibles sur la peau avec un laser CO2 et l’utilisation subséquente de O-IF (trois fois par semaine pendant un mois) n’entraînent pas l’effet souhaité par rapport au placebo (élimination des effets indésirables). dans 18%, re-développement dans 35%). Selon M. Hopel et ses co-auteurs, l'association d'interféron alfa sous forme de traitement de 3 à 6 jours avec une pause de 2 semaines et de méthodes mécaniques et / ou chirurgicales donne un résultat positif dans le traitement des verrues persistantes et du condylo, mais ne dispense pas le patient de récidives la moitié des cas.

L'élimination des gros condylomes de l'anus est réalisée en plusieurs étapes: ablation chirurgicale, cautérisation ultérieure et introduction d'interféron bêta à raison de 500 000 UI à la fois dans le rectum. Le nombre de rechutes après ce traitement est de 12% (si utilisé) et de 39% sans celui-ci.

On peut parler de traitement efficace en cas d'immunité à l'aide d'inducteurs de la FI endogène et d'autres stimulants de la fonction protectrice de l'organisme. En Russie, ces médicaments sont présentés dans la gamme: Gepon, Ridostin, Neovir, Cycloferon, etc. L’application générale et locale permet d’améliorer le taux de traitement final et d’éviter les rechutes. L’effet positif est indiqué par l’application de Gepon sur les zones touchées. Après avoir été traitée avec l’une des méthodes mécaniques, la guérison est plus rapide et la verrue ne repousse pas.

Il existe également un effet positif lors de l’utilisation d’Immunomax. Il est nommé en combinaison avec l'une des méthodes mécaniques pour les verrues génitales récurrentes. Après le retrait de la tumeur, Immunomax est administré par voie intramusculaire à raison de 200 unités une fois par jour. Régime de traitement périodique, utilisé 1-3 jours, 8-10 jours. L'absence de re-croissance des verrues a été retrouvée chez 68% des patients, des séances de destruction supplémentaires permettent d'obtenir des résultats à 98% (données pour trois mois).

À ce jour, il n’existe pratiquement aucun document de recherche qui consacre le problème de l’isolement du VPH des lésions avant et après le traitement. Avec le rendez-vous d'Immunomax, le VPH est retiré de la zone endommagée. Le traitement réduit le nombre de patients dont le test ADN du virus est positif, presque une fois et demie à deux fois. Pour les HPV présentant un risque élevé d’oncogénicité, une diminution est observée de 48,9 à 21,3% et pour un risque faible de 48,9 à 34%.. Jusqu'à l'exposition au médicament, les virus du premier groupe ont été détectés chez 63,8% des patients, après cela - seulement chez 19,2%. Les micro-organismes à faible risque d’oncogénicité avant la thérapie sont retrouvés dans 61,9% des cas et après - dans 25,6% des cas. Sur la base de ces données, il y a des raisons de penser que l’immunomax peut être utilisé en monothérapie lors du portage asymptomatique du VPH. Ce fait permet d’éviter le développement chez les femmes de dysplasie cervicale (érosion cervicale) et de cancer du col utérin lors de la détection d’une infection par le VPH. Dans le traitement des affections précancéreuses par la méthode destructive, une combinaison du traitement standard et d'Immunomax aide dans certains cas à se débarrasser du tractus génital du VPH. La combinaison de méthodes de traitement, impliquant l'utilisation de plusieurs méthodes, est reconnue comme la plus efficace et la plus sûre en termes de survenue de rechutes.

Il s'ensuit qu'aujourd'hui, il existe un nombre suffisant de méthodes d'élimination des papillomes anogénitaux. Leur efficacité est estimée par les chercheurs de différentes manières et varie de 50 à 94%. Cependant, il n'existe pas de méthode de traitement universelle au moins un des auteurs pourrait appeler une panacée, la fréquence des rechutes est à blâmer.

Le traitement est déterminé individuellement dans chaque cas. Le nombre de rechutes n'a pas de lien direct avec laquelle des méthodes a été utilisée dans le traitement. Les statistiques indiquent la réapparition de la maladie au cours des 3 prochains mois chez 25 à 30% des patients. La reprise de la croissance des verrues est due à la réactivation de l'infection et non à une nouvelle infection. Si les mesures ne sont pas prises, alors les papillomes peuvent être résolus par eux-mêmes, ne changent pas ou, au contraire, progressent. Il prend également en compte le fait que le virus est capable de maintenir un état de fonctionnement actif, mais en même temps, aucune plainte du patient n’est reçue.

Actions connexes dans le traitement des verrues anogénitales

Pour assigner un traitement et enlever les lésions, il est nécessaire de prendre en compte la solution des autres problèmes:

- diagnostic et guérison chez les patients atteints de papillomes anogénitaux d'autres maladies sexuellement transmissibles (ainsi que des partenaires de patients);

- une étude de toutes les patientes atteintes de verrues situées dans les régions génitale et anale afin de détecter la présence de néoplasmes intraépithéliaux cervicaux;

- traquer les foyers de ces néoplasmes, les empêchant de devenir malins;

- traitement des verrues anogénitales et des tumeurs aux stades précoces, avec un tableau clinique prononcé, des néoplasmes de formes complexes et un carcinome épidermoïde;

- informer les patients sur l'utilisation du préservatif et le traitement sélectif des partenaires afin de prévenir l'infection par le VPH et d'autres infections sexuellement transmissibles.

Infection à papillomavirus humain - si terrible et comment reconnaître

À ce jour, environ 100 types de virus du papillome humain (VPH) ont été identifiés. Une infection à papillomavirus humain (IVP) peut entraîner des néoplasmes bénins et la transformation des cellules épithéliales en formes malignes. Elle est reconnue comme l'une des infections sexuellement transmissibles les plus courantes et se rencontre dans 30,3% de la population de la zone européenne de la Russie.

Comment se transmet l’infection à papillomavirus humain et quels sont les facteurs de risque

La fréquence maximale d'infection tombe sur l'âge le plus sexuellement actif (15-30 ans) et est de 17,6-20 ans, 8% chez les femmes, et sa croissance est directement proportionnelle au nombre de partenaires sexuels parmi elles. Une attention particulière aux résultats d'une étude sur le papillomavirus humain en gynécologie est due au fait que:

  • 70% des femmes après 3 ans, à compter du début de leur vie sexuelle, sont infectées par la PVI;
  • infection possible de l'enfant par la mère lors de l'accouchement;
  • parmi toutes les maladies oncologiques chez les femmes, 12% sont associées au VPH;
  • bien qu’après 30 ans, le taux d’incidence de cette VIR soit réduit (8,5 à 10%), mais la fréquence des dysplasies et des cancers du col de l’utérus augmente;
  • dans presque tous les cas de carcinome épidermoïde du col utérin, le matériel testé contient l'ADN de ce virus; en termes de prévalence chez les femmes de moins de 45 ans, le cancer du col de l’utérus occupe la deuxième place parmi les tumeurs malignes (après le cancer du sein);

À cet égard, la vaccination contre le VPH revêt une importance particulière.

Même des dommages mécaniques mineurs et des processus inflammatoires des muqueuses ou de la peau, des érythèmes fessiers, une macération de la peau lors de pertes vaginales, de l'urètre et une accumulation de smegma dans le sac préputial servent de «portes d'entrée» à l'agent responsable. Les sources d'infection sont des personnes malades ou des porteurs de virus sans manifestations cliniques.

L’infection survient dans la plupart des cas par contact sexuel, mais également par contact direct avec un patient ou un porteur du virus (poignées de main, etc.), moins souvent en utilisant des articles d’hygiène, par l’air ou l’eau dans un gymnase, un bain ou une piscine. Il est également possible que le personnel médical soit infecté par la fumée produite lors du traitement par destruction au laser ou par diathermocoagulation des verrues. L'auto-infection est souvent le résultat d'épilation, de rasage, de morsure des ongles et de grattements cutanés.

Les principaux facteurs de risque contribuant à la manifestation et / ou à l'exacerbation de la maladie sont:

  1. Réduction de la réactivité immunologique de l'organisme en cas de maladies concomitantes des organes internes, d'hypovitaminose, de tabagisme et d'alcoolisme, de traitement par agents cytotoxiques et de maladies immunitaires.
  2. Maladies concomitantes, principalement infectieuses, en particulier celles transmises par contact sexuel (gonorrhée, chlamydia, cytomégalovirus et mycoplasmes, trichomonase, vaginose bactérienne, etc.).
  3. Début précoce des relations sexuelles et un grand nombre de partenaires; contacts sexuels avec des femmes atteintes de condylomes génitaux ou périanaux, cancer du col utérin.
  4. Déséquilibre hormonal, en particulier dans les cas de diabète sucré, de prise de glucocorticoïdes et de dysbiose.
  5. Procédures médicales et manipulations, notamment introduction et retrait du dispositif intra-utérin, avortement instrumental et curetage diagnostique.

Symptômes de l'infection à papillomavirus humain

Vue d'ensemble du VPH

À partir du moment où l'agent pathogène pénètre dans l'organisme jusqu'aux premières manifestations de la maladie (période d'incubation), il s'écoule en moyenne 3 mois (de 3 semaines à un an). Au stade initial, en l’absence de conditions favorables au développement du virus dans le corps, il est possible que le virus porteur ne soit pas malade. Sinon, il est intégré aux structures géniques des cellules, ce qui entraîne l'apparition de symptômes.

Toutes les manifestations cliniques sont combinées en 3 groupes:

  1. Lésions cutanées - normales, plates, plantaires, certains autres types de verrues et lésions non piquées.
  2. Lésions des membranes muqueuses des organes génitaux - divers types de verrues, carcinomes et lésions non condylomateuses.
  3. Lésions d'autres membranes muqueuses - larynx, langue, œsophage, rectum, bronches, conjonctive, etc.

En moyenne, 99,5% des cas de carcinome épidermoïde de l'ADN du col utérin de l'agent pathogène du papillome humain sont détectés. Les manifestations et le traitement de l'infection à papillomavirus humain dépendent en grande partie du type de virus. Les associations les plus courantes et les plus dangereuses avec les formes oncologiques de lésion de l'épithélium tégumentaire de la membrane muqueuse des organes génitaux sont d'environ 35 types.

Tous les types de pathogènes sont classés en fonction du degré de risque de transformation maligne des cellules qu’ils provoquent. Les principaux sont:

  • faible degré de cancérogénicité - 6 et 11 types de virus, causant le développement de multiples verrues dans les organes urinaires et sur la peau autour de l'anus, ou anus (verrues périanales), ainsi que la dysplasie des cellules épithéliales cervicales douces; ils représentent en moyenne jusqu'à 90% des cas de condylomatose;
  • risque oncogène modéré - 31, 33 et 35;
  • risque oncogénique élevé - 16 et 18 ans, présents dans 50 à 80% des échantillons de tissus cervicaux présentant une dysplasie modérée de l'épithélium malpighien et dans 90% des cancers localisés à la surface des tissus (cancer non invasif, non profond dans les tissus).

Tableau clinique

Conformément au tableau clinique et morphologique, une infection de l'anus et des organes génitaux se manifeste par divers types de condylomes - pointes, papillaires avec croissance externe, intraépithéliales (croissance à l'intérieur de la couche épithéliale), condylomes de Bushy-Levenshtein géants, type de condylomes pointus, mais avec épochialomes externe et interne, croissance en même temps et semblable à une tumeur cancéreuse.

En fonction des manifestations et de la nature de l’écoulement, il existe trois formes d’IVP:

  1. Latente ou cachée (asymptomatique) dans laquelle se produit, invisible au cours des examens et des études morphologiques normaux, une reproduction intensive des cellules épithéliales affectées avec un ADN mutant (modifié). Plus souvent, il est retrouvé à la suite d'un examen de laboratoire du col utérin, moins souvent - du vagin.
  2. Subclinique, caractérisée par l’absence ou le nombre minimal de symptômes cliniques et de modifications histologiques dans le tissu infecté en présence d’éléments de l’ADN du virus.
  3. Clinique ou manifeste.

L'infection à papillomavirus humain existe dans la plupart des cas sous la forme de formes latentes et subcliniques. La manifestation de la maladie se produit sous l’influence de facteurs provoquants ou de facteurs de risque.

La forme subclinique se manifeste par des éléments plats de petite taille, souvent imperceptibles visuellement. Après le test avec 3% d'acide acétique (zone "suspecte" traitée) sur la peau apparaissent des petites verrues à plat. Symptomatiquement, elles ne se manifestent généralement pas, mais peuvent parfois être accompagnées de démangeaisons et, lorsqu'elles sont localisées dans le vagin et dans la zone cervicale, elles provoquent un saignement pendant et après le rapport sexuel, un écoulement vaginal.

La forme clinique est principalement représentée par des éruptions cutanées de divers types dans la région génitale, dont les symptômes dépendent de la localisation, du type et de la taille des éléments. Distinguer sous condition les types de verrues suivantes:

  1. Pointu, représentant une saillie de la forme en forme de doigt, à la surface duquel se trouve un "motif" vasculaire sous la forme de boucles ou de pointes. Ils se localisent principalement dans les zones de frottement lors des rapports sexuels - dans la bride des petites lèvres, à l'entrée et dans le vagin, sur les petites lèvres et les grandes lèvres, le clitoris, l'hymen, le col de l'utérus, le périnée, le pubis, autour du pubis et dans les parties inférieures du rectum, sur la membrane muqueuse de l'urètre sous la forme d'un anneau autour de l'ouverture externe (4-8%). Avec une lésion plus profonde de l'urètre se produit de manière persistante une urétrite avec les symptômes correspondants, difficile à traiter.
  2. Papillaire - éléments lisses, non pigmentés ou pigmentés, sans jambe arrondie, légèrement surélevés à la surface. Ils sont situés sur la peau des organes génitaux externes.
  3. Papulaire Ils se caractérisent par une pigmentation, l'absence de protubérances "numériques", caractéristiques de la verrue pointue, et un excès de couche cornée de l'épithélium (hypkérakeose). Localisation - le scrotum, la peau du corps du pénis et la surface externe du prépuce, le sillon coronaire du pénis, la surface latérale des organes génitaux externes de la femme, la peau autour de l'anus et du périnée.
  4. Kératose - Éléments épaissis qui dépassent la surface de la peau sèche excessive des grandes lèvres. L'infection du partenaire sexuel est facile.
  5. Les verrues par type de taches - sont localisées sur les muqueuses sous forme de taches de couleur rouge-rouge, brun-rouge ou blanc-grisâtre non intensives.

Verrues génitales

Dynamique et symptômes des verrues génitales

Les verrues génitales avec un type de croissance exophytique (pas à l'intérieur du tissu, mais à l'extérieur) sont la forme classique. Au début de leur développement, ce sont des mamelons limités sous forme de petits nodules. Leur couleur n'est pas différente de la couleur de la membrane muqueuse ou de la peau sur laquelle ils se trouvent. De plus en plus croissants, les mamelons se présentent sous la forme de excroissances filamenteuses de taille considérable et ressemblent à un chou-fleur ou à un vêtement de coq.

Entre les papilles apparaît exsudat fluide extracellulaire. La surface des excroissances devient humide et brillante, il y a gonflement des tissus, macération, douleur et odeur désagréable se rejoignent. Au cours de la période de progression, les vaisseaux sanguins sont visibles au centre de chaque papillome, contrairement aux éléments à développement inverse. Il y a souvent une ulcération des excroissances avec l'ajout d'une infection secondaire. Au stade de la régression, les papilles deviennent lissées, voire veloutées, en raison de l'épaississement de la couche d'épithélium corné.

Les femmes enceintes connaissent une croissance très rapide des verrues génitales en raison du déclin physiologique de l'immunité et de leur régression spontanée après l'accouchement. Pendant la croissance, les verrues peuvent même fermer le canal de naissance.

Méthodes de diagnostic

Afin de diagnostiquer, en plus de l'examen habituel du patient, une colposcopie étendue, des études histologiques et cytologiques du matériel prélevé au moyen d'une biopsie sont réalisées. Veillez à effectuer des tests pour détecter la présence d'autres agents pathogènes infectieux, les maladies sexuellement transmissibles.

Les tests d'infection à papillomavirus humain, réalisés par PCR (réaction en chaîne de la polymérase) et PCR avec identification de types individuels de HPV, revêtent une grande importance pour le diagnostic différentiel. En outre, des tests sont effectués pour déterminer les oncoprotéines E6 et E7 dans le matériel prélevé dans le canal cervical par la méthode d'immunofluorescence, ce qui permet la différenciation du transport et le début de la transformation des cellules malades en cellules malignes.

Comment traiter une infection à papillomavirus humain

Les principes de base du traitement sont:

  1. Élimination des facteurs de risque qui réduisent les défenses immunitaires du corps.
  2. Suppression de l'agent causatif et élimination des conditions nécessaires à son existence.
  3. Correction de l'immunité locale et générale, y compris la vaccination.

La méthode la plus prometteuse est la vaccination contre l’infection à papillomavirus humain, qui permet non seulement la prévention, mais également le traitement de ses manifestations. La vaccination est réalisée avec des vaccins recombinants, dont l’effet est dirigé contre les agents responsables de la maladie, présentant un risque oncogène élevé, en raison de la suppression de l’activité des oncoprotéines E6 et E7 et de l’augmentation de l’activité des protéines cellulaires p53 et Rb-105.

Pour cela, appliquez les vaccins:

  • "Gardasil" - sous la forme d'une suspension pour injections intramusculaires. Son effet est destiné à la production dans le corps d'anticorps spécifiques contre les protéines HPV des types 6, 11, 16 et 18;
  • "Cervarix" - suspension injectable par voie intramusculaire contre les protéines du VPH des types 16 et 18.

L'effet thérapeutique combiné combine des méthodes destructives et chimiques, ainsi que l'utilisation d'immunomodulateurs et d'agents antiviraux non spécifiques.

Les méthodes matérielles destructives comprennent la cryodestruction et la destruction électrique, l'élimination des verrues par ondes radio, la coagulation par plasma et la thérapie au laser. Les médicaments destructeurs chimiques pour le traitement de l’infection à papillomavirus humain sont le trichloroacétate (80-90%), la podophyllotoxine (solution alcoolisée ou crème à 5%), la crème 5-fluorouracil à 5%, Vartek (solution), Kolkhamin (pommade), Solcoderm. "(Solution), etc.

Antiviraux non spécifiques: interférons leucocytaires et fibroblastiques, Cycloferon, Intron-A, Leukinferon, Neovir, Allomedin (gel) et autres Immunomodulateurs: Immunomax, Panavir, Likopid, Isonoprinosin, Derinat, Glutoxim, Gepon, Amiksin, Epigen-intim, etc.

L'infection à papillomavirus humain est un problème médical, social et économique urgent, dû à une augmentation significative de la morbidité, à une contagiosité élevée, à une santé reproductive réduite et au risque d'augmentation du nombre de cancers causés par cette infection.

Infection à papillomavirus humain (papillomavirus humain)

Informations générales

L'infection à papillomavirus humain est une maladie qui appartient au groupe des maladies infectieuses et qui se transmet entre personnes par contact sexuel. Et même s’il n’ya pas de manifestation visible de cette maladie chez une personne, cette affection reste grave et dangereuse. À la même heure chaque année, les médecins constatent une augmentation générale du nombre de patients atteints de cette maladie.

Agent causal de l'infection à papilmavirus

La papillomatose humaine se manifeste à la suite d'une exposition à un virus appartenant à la famille des papovirus. Ce virus appartient au groupe des virus contenant de l'ADN. Directement dans la structure du virus contient de l'acide nucléique, qui a des propriétés transformantes et infectieuses.

Le papillomavirus humain peut être détecté sur les membranes muqueuses, sur la peau humaine. On peut également le trouver dans d'autres organes: dans le rectum, dans l'œsophage, dans les organes génitaux, etc. Selon les experts, le virus infecte initialement les cellules basales, après quoi elles sont transformées et séparées. En conséquence, la personne a un papillome.

À ce jour, plus de 100 virus du papillome ont été identifiés, qui diffèrent par la diversité des espèces et la spécificité des tissus. caractérisé par la spécificité des espèces et des tissus. Les lésions de certains tissus et organes humains surviennent en fonction du type de virus. Dans ce cas, le papillomavirus chez les hommes et les femmes est très souvent associé aux effets d’autres agents pathogènes qui provoquent le développement de maladies sexuellement transmissibles.

Pendant longtemps, on a considéré que ce virus était la seule cause des verrues humaines, à la fois cutanées et génitales. Cependant, il existe actuellement des informations selon lesquelles les papillomavirus ont des propriétés oncogènes et peuvent donc provoquer le cancer.

Le fait est que lorsque des cellules épithéliales sont infectées par le virus du papillome humain, des néoplasies se développent (ce phénomène se caractérise par une modification de la structure normale des cellules), à la fois bénignes et malignes. Certains des virus du papillome humain provoquent le processus d'activation des oncogènes du virus. Non seulement ils affectent directement le cycle cellulaire, mais ils ralentissent également les effets du blocage des protéines. En conséquence, le processus de malignité peut se produire. Cependant, il convient de noter que tous les papillomavirus peuvent être divisés en deux sous-espèces différentes: le risque oncogénique faible et élevé.

Si une personne est infectée par un virus faiblement oncogène, une personne infectée finit par développer des verrues génitales, ainsi qu'un faible degré d'épithélium cervical.

Les papillomavirus humains de types 16 et 18, caractérisés par un degré élevé d'oncogénicité, peuvent provoquer le développement de maladies précancéreuses.

Facteurs de risque affectant l'infection à papillomavirus humain

Plus souvent, l'infection à papillomavirus chez les femmes survient si elles ont constamment un grand nombre de partenaires sexuels et ne mènent pas une vie sexuelle ordonnée. Le risque élevé d’infection par ce virus se produit également chez les filles qui ont commencé la vie sexuelle très tôt, ainsi que chez celles qui ignorent la contraception de barrière, en particulier le préservatif.

Le catalyseur de la progression du virus dans le corps de la femme sont également les mauvaises habitudes - la consommation constante d’alcool et le tabagisme malin. Les facteurs de risque sont l'inflammation dans le corps, les maladies immunosuppressives.

À son tour, c'est l'infection par le papillomavirus humain qui devient plus tard la cause du développement du cancer. Des études menées au fil des ans ont montré que, chez la femme, le VPH devenait souvent l’une des causes de la manifestation de maladies graves - cancer du vagin et de la vulve, carcinome épidermoïde cervical.

Par conséquent, il est important de savoir que la transmission de la maladie se produit principalement par contact sexuel, lors de contacts quotidiens, lors d'interventions médicales et lors du passage du nourrisson dans le canal utérin. Il existe également des informations confirmées sur l'infection des médecins en train d'effectuer des manipulations médicales.

Pour un partenaire sexuel, un patient atteint du virus du papillome humain est infectieux.

L'infection à papillomavirus chez les femmes et les hommes est assez souvent associée à d'autres maladies avec lesquelles une personne est infectée sexuellement. En cas de chlamydia urogénitale, de vaginose bactérienne, de mycoplasmose et de certaines autres maladies, la progression de l'infection par le VPH est beaucoup plus active.

En conséquence, les deux maladies deviennent chroniques et la région génito-urinaire du patient souffre de modifications pathologiques et de processus inflammatoires se développent. Dans le même temps, les maladies sont très difficiles à traiter. Si un patient a une infection à papillomavirus et une maladie sexuellement transmissible, la durée totale du traitement dure beaucoup plus longtemps et des rechutes se produisent souvent.

Outre les facteurs susmentionnés, l'apparition ou la récurrence du VPH est favorisée par une détérioration générale des fonctions du système immunitaire, un refroidissement excessif du corps, un déséquilibre hormonal et certaines interventions médicales (avortement, introduction de contraceptifs intra-utérins). Augmente également le risque d'infection chez les femmes enceintes. Les personnes dont le corps contient trop peu de vitamines, l’acide folique, sont plus vulnérables à la défaite du virus.

Manifestations d'infection à papilmavirus

Le papillomavirus chez les hommes et les femmes ne montre pas de symptômes visibles pendant une période suffisamment longue. Mais en même temps, le virus développe une activité vitale active dans le corps humain, ce qui entraîne des conséquences négatives. Selon les statistiques médicales, une légère dysplasie devient grave dans environ 10% des cas; degré modéré de dysplasie - dans 20% des cas; La dysplasie sévère se transforme progressivement en cancer dans 12% des cas. Cependant, les périodes de transition d'un stade de la maladie à un autre sont assez longues. Par conséquent, le patient et le médecin ont le temps de tout faire pour prévenir le développement futur du cancer.

La durée de la période d'incubation de la maladie peut durer d'une période différente, allant d'un mois à un an. Mais cela dure en moyenne de trois à six mois.

Le plus souvent, la maladie affecte les jeunes. L'infection à papillomavirus peut se développer de différentes manières: ses symptômes sont très divers. Dans la plupart des cas, l’infection par le virus du papillome humain se manifeste par la présence d’un patient atteint de verrues génitales, de verrues planes et inversées avec croissance interne, de verrues papillaires.

Les verrues génitales se forment sur la peau et les muqueuses du patient. Ils ont une base large ou une jambe très fine et peuvent ressembler à un seul nodule ou à de multiples excroissances. Une telle formation sur la peau s'apparente à un chou-fleur ou à un coq.

En cas de formation interne (endophytique) de verrues, il est assez difficile de diagnostiquer la maladie, car il n’ya pas de lésions prononcées de l’épithélium.

Les verrues génitales se manifestent sur les organes génitaux situés à des endroits endommagés ou en contact permanent avec l'humidité. Chez les femmes, de telles formations affectent le vagin, les lèvres, le col de l'utérus, la région proche de l'anus, la peau des organes génitaux. Lors de l'infection d'un homme, des verrues génitales apparaissent sur la tête du pénis, près du prépuce, dans la région périanale.

Lorsqu'un humain est infecté par le virus du papillome humain de type 16, des papules dites bovenoïdes apparaissent souvent. Ces formations sont similaires aux verrues communes ou à la kératose séborrhéique. Ce type de maladie est le plus souvent diagnostiqué chez les jeunes et est associé à des verrues génitales et à l'herpès. De telles formations disparaissent spontanément, mais peuvent dans certains cas devenir une forme maligne.

La couleur des verrues génitales peut être de couleur chair, rose, rouge. Parfois, des démangeaisons surviennent aux endroits où apparaissent des papillomes et, en raison du fait qu’ils sont facilement blessés, leur développement est douloureux. Pendant la période où les condylomes augmentent de manière particulièrement intense, le patient peut ressentir une sensation de brûlure, parfois des ulcères apparaissent à la place de telles formations.

Rarement, les condylomes qui apparaissent sur les organes génitaux externes sont modifiés en ce qu'on appelle le démoniste géant Bushke-Levenshteyna. Au début, de petites formations ressemblant à des verrues apparaissent sur les organes génitaux, qui se développent très rapidement et se fondent en une seule formation. Avec la croissance de tels condylomes, les tissus sous-jacents sont détruits, mais une telle formation passe rarement dans une forme maligne.

Chez l’enfant, l’infection au papillome provoque une papillomatose laryngée et l’apparition de verrues génitales. Le virus est transmis à l'enfant par la méthode transplacentaire, ainsi que pendant le passage du nourrisson dans le canal utérin. Parfois, le bébé est infecté dans la vie quotidienne après la naissance.

Pendant la grossesse, une maladie récurrente chez une femme infectée. En même temps, les verrues se développent et se détachent. Après la naissance, la maladie régresse généralement.

Diagnostic de l'infection à papilmavirus

Comme il est très facile de déterminer la présence de verrues génitales et de croissances papillomateuses même sans outils spéciaux, le diagnostic de la maladie est un processus facile. Cependant, au début de la maladie, lorsque les verrues sont mal exprimées et ne ressemblent qu’à une surface rugueuse, il est assez difficile de les déterminer. Par conséquent, la cytologie des échantillons de biopsie et des frottis est considérée comme une méthode de diagnostic importante. Le soi-disant test de Pap est effectué s'il y a une lésion du col de l'utérus et du vagin chez une femme. Si des spécialistes déterminent la présence d'une cococytose chez un patient (on parle de nécrose du cytoplasme et d'apparition de cellules ressemblant à des ballons), alors ce signe est considéré comme un critère d'évaluation de l'infection par papillome génital. Lors du processus de diagnostic, les informations nécessaires peuvent être obtenues en appliquant une colposcopie, dans laquelle la zone de dommage probable est traitée avec 3% d'acide acétique. En conséquence, les lésions deviennent blanc gris.

Si le patient ne présente aucun symptôme de la maladie, ou s’il est exprimé faiblement, la méthode de la réaction en chaîne par polymérase est parfois utilisée pour le diagnostic. Cette étude offre également l’occasion de déterminer le type de virus avec lequel une personne est infectée.

Traitement de l'infection à papilmavirus

Si nous estimons le nombre total de maladies infectieuses, c'est l'infection à HPV qui se propage le plus largement. Malheureusement, à l’heure actuelle, la médecine n’offre pratiquement pas de méthodes permettant de se débarrasser complètement de cette maladie.

Par conséquent, le traitement de l'infection à papillomavirus humain vise principalement à éliminer les condylomes, ainsi qu'à créer des conditions propices à la multiplication et à la progression aussi lente que possible du virus.

Lorsque vous utilisez différentes méthodes de thérapie, vous pouvez vous débarrasser des verrues génitales dans la plupart des cas. Cependant, dans le même temps, environ un quart des cas font apparaître une rechute de la maladie sur une période de trois mois.

Si le traitement du papillomavirus humain n'est pas pratiqué du tout, il arrive parfois que les verrues génitales disparaissent d'elles-mêmes. Cependant, il est fort probable que sans traitement, les verrues progresseront. En outre, il est important de mener des études supplémentaires vous permettant de déterminer la présence de maladies sexuellement transmissibles et de les guérir.

En choisissant les méthodes de traitement, le médecin n’autorise pas l’utilisation de traitements toxiques, ainsi que de procédures contribuant à l’apparition de cicatrices et de cicatrices. Le traitement de la maladie est prescrit en tenant compte du lieu où se trouvent les condylomes, de la façon dont la maladie se manifeste, des maladies qui l’accompagnent, de la condition générale du corps humain. Le schéma thérapeutique doit être choisi exclusivement individuellement.

À ce jour, il existe de nombreuses méthodes de traitement de l’infection à papillomavirus humain. En particulier, comme méthodes destructives pratiquées l'excision chirurgicale des formations, la cryothérapie, la thérapie au laser, l'utilisation de méthodes électrochirurgicales, la diathermocoagulation.

Parmi les thérapies chimiques, on pratique le traitement à l'acide nitrique, au solcoderme, au ferésol, à l'acide trichloroacétique.

De plus, des médicaments cytotoxiques sont utilisés dans le traitement du papillomavirus humain: podophyllotoxine, 5-fluorouracile, podophylline. Les interférons sont également utilisés dans le processus de traitement combiné. C'est le traitement combiné qui est le plus préféré.

Dans le traitement des femmes enceintes ne devraient pas hésiter à la thérapie a été réalisée le plus tôt possible. Dans ce cas, seules des méthodes de traitement destructrices physiques sont pratiquées, par exemple la cryothérapie.

En cours de traitement, il est important de savoir que la personne n’est pas porteuse de ce virus à vie. Cependant, si le virus est détecté à trois reprises et que l'intervalle de progression de la maladie est de 4 mois, le risque de cancer épithélial est multiplié par 14.

Dans toute manifestation d'infection à papillomavirus humain, aucun traitement indépendant et non systématique ne doit être entrepris afin de ne pas provoquer de complications.

Une Autre Publication Sur Les Allergies

Que faire si de petits boutons apparaissent sur le visage comme une éruption cutanée

Parfois, une petite acné apparaît sur le visage de l'enfant et de l'adulte, ressemblant à une éruption cutanée. Dans le même temps, cela peut être un phénomène ponctuel pour certaines personnes, alors que pour d’autres, il est assez souvent qu’elles doivent faire face à un tel problème.


Bazalioma sur le visage

Un endroit commun de la maladie sont les zones de peau ouverte - le visage et le cuir chevelu. Dans seulement 20% des cas, la tumeur apparaît sur les zones fermées par des vêtements (corps, membres).


Comment se débarrasser de l'acné?

Donc, il y a 4 étapes de la formation de l'acné, considérons-les:1 Sadia - obstruction des poresNotre peau est renouvelée tous les 28 à 45 jours, c’est-à-dire que de nouvelles cellules remplacent les anciennes - c’est le processus de renouvellement de la peau.


Peau craquelée sur les doigts - causes, traitement aux onguents et remèdes populaires

Les plaintes selon lesquelles la peau des doigts et entre elles ont commencé à se fissurer sont particulièrement pertinentes pendant la saison froide.